Syrie

Syrie : le front al-Nosra revendique l’attentat contre le ministère de l'Intérieur

Al-Nosra a revendiqué sur Twitter, jeudi 13 décembre, l'attentat perpétré la veille à Damas, devant le ministère de l'Intérieur.
Al-Nosra a revendiqué sur Twitter, jeudi 13 décembre, l'attentat perpétré la veille à Damas, devant le ministère de l'Intérieur. AFP PHOTO / SYRIAN TV
Texte par : RFI Suivre
4 mn

En Syrie, al-Nosra a revendiqué sur Twitter, jeudi 13 décembre, l'attentat perpétré mercredi à Damas devant le ministère de l'Intérieur. Un attentat qui a coûté la vie à neuf personnes selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, dont celle du député Abdallah Qirouz, membre du Parti national social syrien, et proche du régime. Al-Nosra est depuis quelques jours au cœur des discussions concernant le conflit en Syrie. Les Etat-Unis ont en effet décidé de placer ce groupe, qu'ils considèrent comme une émanation d'al-Qaïda, sur sa liste d'organisations terroristes. Une décision qui divise.

Publicité

Le front al-Nosra doit-il être considéré comme un groupe terroriste ? A cette question, l'administration américaine a déjà donné sa réponse mardi dernier.

Al -Nosra fait désormais partie de la liste de groupes terroristes étrangers selon les Etats-Unis. Une décision qui n'est pas du goût des rebelles, des militants et des opposants syriens. Bien que selon les estimations, le front al-Nosra serait responsable de la plupart des attentats-suicide en Syrie. Pour les opposants au régime de Bachar el-Assad, il n'est pas encore temps d'inscrire cette mouvance dans une liste de groupes terroristes.

Pour le colonel Mohamed Farès, membre de l'Armée syrienne libre, le sort d'al-Nosra doit être décidé après la chute de Bachar el-Assad et une fois que des élections libres se seront tenues.

Silence américain

Le chef de la Coalition de l'opposition, Ahmed Moaz al-Khatib a appelé les Etats-Unis a retiré al-Nosra de cette fameuse liste. Les Frères musulmans ont également qualifié d'erreur la décision américaine. Alors que le sommet de Marrakech s'est achevé ce jeudi et que les différents participants ont tous décidé de soutenir la Coalition, les Etats-Unis semblent faire la sourde oreille.

Pour l'instant aucun dirigeant américain ne s'est prononcé sur la question du retrait d'al-Nosra de la liste de groupes terroristes étrangers, malgré les appels des opposants syriens. Le conflit en Syrie, après 21 mois de violences, auraient entraîné la mort de plus de 42 000 personnes selon l'OSDH.

Le piège de Deir Ezzor

Fin novembre, des membres de l'ONG ont pu se rendre dans la province de Deir Ezzor, dans l'est de la Syrie. Ils ont visité des centres médicaux et rencontré des médecins. Impossible, en revanche, d'entrer dans la ville même qui continue à être pilonnée par les forces du régime. La majorité des habitants a fui mais des dizaines de milliers de personnes sont toujours prises au piège des combats.

C'est très périlleux d'avoir des blessés à transporter sur des civières (...) dans des dédales de ruines, et à la merci des tireurs...

Patrick Wieland

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail