Irak / Pays-Bas

Un Néerlandais condamné pour avoir livré en produits chimiques le régime de Saddam Hussein

Frans van Anraat en 2003.
Frans van Anraat en 2003. AFP PHOTO
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L’homme d'affaires néerlandais Frans van Anraat a été reconnu coupable par le tribunal de La Haye d'avoir livré des ingrédients chimiques à l'Irak de Saddam Hussein entre 1985 et 1989. Il a été condamné à indemniser 16 victimes des bombardements au gaz moutarde. Retour sur un parcours sulfureux.

Publicité

Avec notre bureau de Bruxelles,

Ayant échoué dans ses études de laborantin, Frans van Anraat quitte les Pays-Bas à 25 ans. Il séjourne successivement en Italie, à Singapour et en Suisse. C’est dans ce dernier pays qu’il enregistrera sa société FCA Contractor.

Précédemment collaborateur zélé de bureaux d’études chargés de construire des usines chimiques dans l’Irak de Saddam Hussein, Frans van Anraat livre pour son propre compte des produits chimiques au régime de ce dernier, notamment 538 tonnes de thiodiglycol qui, mélangé à de l’acide chlorhydrique, permet la fabrication de 700 tonnes d’ypérite, c’est-à-dire de gaz moutarde.

Le 16 mars 1988, la ville irakienne de Halabja, tombée aux mains de rebelles kurdes, est la cible d’un bombardement par l’armée irakienne à l’ypérite et au gaz sarin, faisant plus de 5 000 morts et environ 10 000 blessés. Van Anraat est désormais recherché pour complicité de crimes de guerre. Arrêté à Milan, il est cependant relâché, faute de mandat d’arrêt international.

Il se réfugiera en Irak jusqu’à la chute de Saddam. Il rejoint les Pays-Bas via la Syrie. Il ira y vivre avec sa mère atteinte de démence sénile dans un logement modeste de la banlieue amstellodamoise qui, ultime rebondissement, s’avérera être une planque des services de renseignement néerlandais dont Van Anraat était l’indicateur.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail