Etats-Unis / Syrie

Syrie: Washington n'écarte plus la possibilité d'armer la rébellion

Le secrétaire d'Etat à la Défense, Chuck Hagel.
Le secrétaire d'Etat à la Défense, Chuck Hagel.

Le président américain Barack Obama a évoqué le 2 mai la possibilité d'armer les rebelles syriens contre le régime de Bachar al-Assad. C’est la première fois que cette option est clairement énoncée par Washington. Les Etats-Unis restent toutefois prudents dans leur communication comme l'a indiqué le secrétaire américain à la Défense. Chuck Hagel a précisé qu’aucune décision n’était prise pour l’instant.

Publicité

Un petit pas pour les États-Unis, un grand pas peut-être pour les rebelles syriens. Livrer des armes aux insurgés, aucun pays occidental ne veut s’aventurer seul dans ce dossier. Les États-Unis évoquent désormais cette option. Mais pas question de faire cavalier seul. La décision finale sera prise en concertation avec les partenaires européens.

Certes, il y a un chargement dans la vision américaine, mais le secrétaire d’État à la Défense a tout de suite calmé le jeu. Cette annonce ne signifie pas qu’on va ou qu’on veut armer les insurgés, dit-il.

Toutefois, cette nouvelle position américaine suscite des interrogations. Elle a évolué à un moment où les inquiétudes sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie sont de plus en plus importantes.

Cette semaine, les États-Unis ont affirmé détenir des preuves. Mais le président américain reste prudent : Barack Obama écarte toute conclusion hâtive.

Cette nouvelle position de Washington ne représente peut-être pas grand-chose, mais elle fait passer les Américains du club de ceux qui refusent d’armer les rebelles au club de ceux qui hésitent comme les Français et les Britanniques.

Sur le terrain, alors que les combats entre l'armée syrienne et les rebelles se poursuivent, ils ont éclaté jeudi pour la première fois dans la ville de Banias, ville à majorité alaouite, la communauté du président Bachar al-Assad. Dix personnes ont été tuées dans ces affrontements.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail