Israël / Territoires palestiniens

Le moteur de recherche Google reconnaît la «Palestine»

Siège de la Palestine aux Nations-unies à New York.
Siège de la Palestine aux Nations-unies à New York. RFI/Karim Lebhour

Depuis le 1er mai, le moteur de recherche a remplacé sur sa page la mention «Territoires palestiniens» par «Palestine». De quoi énerver les Israéliens, mais un changement qui paraît au contraire tout à fait logique pour la direction palestinienne, qui a accédé au statut d'Etat observateur de Palestine en novembre dernier.

Publicité

La décision de Google est entrée en vigueur, mardi dernier. Désormais, pour faire une recherche sur la page palestinienne du moteur de recherche, on devra taper www.google.ps, comme Palestine. Deux petites lettres qui fâchent les autorités israéliennes.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de l’Etat hébreu, Yigal Palmore, trouve « surprenant l’implication d’une société privée dans la politique internationale ».
Côté palestinien, évidemment, on salue cette évolution. Et on espère même un pas supplémentaire.

« Etat de Palestine »

« Je suis très satisfait de ce changement. Il était nécessaire », Nazmi al-Jubeh est du département Histoire et archéologie à l’université de Birzeit. « Ce que j'attends encore de Google, c’est qu'ils fassent aussi mention des territoires occupés. Nous sommes encore en territoires occupés. Territoires palestiniens n'est pas le terme parfaitement adéquat. Mais nous saluons ce changement qui reflète celui du droit international. »

En effet, depuis novembre dernier, l’ONU a accordé à la Palestine le statut d’Etat observateur, ce qui lui permet de faire porter la mention « Etat de Palestine » dans ses correspondances diplomatiques.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail