Accéder au contenu principal
Syrie / Qatar

Les «Amis de la Syrie» au Qatar: les rebelles espèrent une avancée sur la livraison d’armes

Un combattant de l’Armée syrienne libre à Al-Sakhour, près d’Alep, le vendredi 21 juin.
Un combattant de l’Armée syrienne libre à Al-Sakhour, près d’Alep, le vendredi 21 juin. REUTERS/Muzaffar Salman
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Les pays amis de la Syrie se réunissent ce samedi 22 juin à Doha, la capitale du Qatar. Les ministres des onze pays du groupe sont censés renforcer et coordonner l'aide, notamment militaire, destinée à la rébellion syrienne. Celle-ci réclame surtout des armes lourdes pour protéger les zones civiles face aux bombardements de l'armée du régime de Bachar el-Assad.

Publicité

Que doivent attendre les rebelles de cette énième rencontre des Amis de la Syrie* ? Depuis plusieurs semaines, ils assistent à la valse-hésitation de leurs alliés occidentaux et ceux de la région. Personne ne veut vraiment assumer la responsabilité politique de livrer des armes lourdes. C'est pourtant la principale demande de l'opposition aujourd'hui.

Les réunions des Amis de la Syrie se succèdent. Hélas, elles ne débouchent que sur des paroles, et encore d’autres réunions.

Général Riadh al-Asaad

La coalition nationale n'est en effet pas enthousiasmée par l'idée d'une seconde Conférence de paix dite « Genève 2 », dont la date n'a même pas encore été fixée. Pour l'opposition, une solution politique n'est pas envisageable tant que le déséquilibre est aussi grand sur le terrain. Dernièrement, le régime a enregistré plusieurs victoires décisives, comme à Qousseir, grâce au soutien du Hezbollah.

Armes antiaériennes et masques à gaz

Les rebelles ont établi une liste précise de leurs demandes : des armements antiaériens et antichars, mais également du matériel de communication et des masques à gaz. Il est question, aussi, de demander la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne pour limiter les bombardements des zones civiles.

Des points qui seront discutés à Doha, mais les dernières déclarations des Occidentaux n'invitent pas à l'optimisme. Les uns ne pensent pas que la situation militaire puisse s'inverser. Les autres craignent que les armes livrées ne tombent aux mains des extrémistes.

(*) Les pays qui composent le groupe des « Onze » sont la France, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l’Allemagne, l’Italie, la Jordanie, l’Arabie Saoudite, le Qatar, les Emirats Arabes Unis, la Turquie et l’Egypte.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.