Liban

Liban: manifestation pour dénoncer les présumés abus de l’armée

A Abra, près de Saïda, dans le sud du Liban, le lundi 24 juin 2013, des soldats donnent des instructions à un char.
A Abra, près de Saïda, dans le sud du Liban, le lundi 24 juin 2013, des soldats donnent des instructions à un char. DR

Des centaines de sunnites ont manifesté dans plusieurs villes du Liban après la prière du vendredi pour dénoncer de présumés abus commis par l'armée libanaise dans le sillage des combats contre la milice du cheikh intégriste Ahmad al-Assir. L'ouverture d'une enquête et l'arrestation de militaires impliqués dans des violences n'ont pas calmé la colère de la rue.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Des religieux et des hommes politiques sunnites ont reproché à l'armée libanaise des arrestations arbitraires et des violences commises contre des détenus. Ils accusent aussi le Hezbollah chiite d'avoir participé aux combats aux côtés des troupes régulières contre les miliciens sunnites du cheikh Ahmad al-Assir. Mais l'armée a assuré avoir combattu seule. Elle a en outre annoncé l'ouverture d'une enquête au sujet d'informations sur des abus, et l'arrestation de militaires soupçonnés d'avoir maltraité un détenu islamiste, comme l'a réclamé Human Rights Watch.

Toutefois, ces mesures n'ont pas calmé la colère de la rue, soigneusement entretenue par des religieux radicaux et des hommes politiques sunnites. Ils y voient une occasion propice pour mobiliser contre le Hezbollah et alimenter un sentiment de désenchantement au sein de la communauté sunnite. La campagne politico-médiatique est tellement intense que la mort de 17 militaires, tués par les partisans d'Ahmad al-Assir dimanche et lundi derniers, est passée au second plan.

Des manifestants en colère ont tenté de se diriger vers l'ancien quartier général du cheikh radical aujourd'hui en fuite, à l'est de Saida, à 40 kilomètres au sud de Beyrouth. L'armée a dû tirer en l'air pour les disperser.

A Tripoli, dans le nord du pays, la foule a scandé des slogans hostiles à l'armée libanaise et brandi des drapeaux du front al-Nosra, proche d'al-Qaïda.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail