Accéder au contenu principal
Egypte

Mohamed el-Baradei, nouveau Premier ministre de l'Egypte

Le président par intérim Adly Mansour (à droite) et Mohamed el-Baradei, au Caire, le 6 juillet 2013.
Le président par intérim Adly Mansour (à droite) et Mohamed el-Baradei, au Caire, le 6 juillet 2013. REUTERS/Egyptian Presidency/Handout
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Mohamed el-Baradei est désormais le Premier ministre du gouvernement intérimaire. La nomination de cet ancien directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et Prix Nobel de la paix était attendue. Mohamed el-Baradei s'est imposé, ces dernières années, comme l'un des principaux opposants à Hosni Moubarak puis à Mohamed Morsi. Plus que véritablement populaire, c'est une figure respectée par une grande partie des Egyptiens.

Publicité

Avec notre correspondante au Caire, Perrine Mouterde

Place Tahrir, la nomination de Mohamed el-Baradei à un poste de responsabilité était attendue ces derniers jours par les manifestants. Pour beaucoup, cet ancien diplomate apparu sur la scène politique égyptienne en 2010 est un homme intègre. Hana Haguid l’apprécie, elle s'enthousiasme: « Mohamed el-Baradei est un génie patriotique ! Il sait ce qu’il fait. Il a le soutien des partis populaires, il est du côté du peuple. Et le peuple le soutient. Mohamed el-Baradei n’a pas besoin d’être Premier ministre pour être satisfait, il veut simplement le bien du pays ».

Un peu plus loin, dans la foule, Ahmed Abi Sater et Ali Hosni lui trouvent lui aussi des qualités. Pour le premier, « c’est un bon homme politique, il n’y a rien à lui reprocher ». « Il est très respecté. C’est un grand penseur, un intellectuel », renchérit Ali.

Un désir de sang neuf

S’il devait se présenter lors de la prochaine élection présidentielle, en revanche, les réations sont plus mitigées, pas sûr qu’ils voteraient pour lui. Prudent, Ahmed indique :
« Cela dépendra des autres candidats, on verra qui se présentera ». Même son de cloche du côté d'Ali, qui nuance :« Il y a beaucoup de personnalités qui peuvent représenter le pays. Donc nous verrons qui aura le meilleur programme. »

Et cette prudence semble être unanime. Mohsen Megahed, s'il est prêt à donner sa chance à Mohamed Baradei au poste de Premier ministre intérimaire, ne voterait pas pour lui comme président. « Non, je ne crois pas que je voterai pour lui. J’aimerais voir du sang neuf, un jeune. On ne veut plus des mêmes responsables », renchérit-il.

Dans la soirée, les Etats-Unis ont quant à eux indiqué ne soutenir aucun parti politique, ni groupe égyptien en particulier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.