Israël / Syrie

Interrogations sur un nouveau raid clandestin israélien en Syrie

Un sous-marin de classe Dolphin pourrait avoir été à l'origine d'une frappe contre le port de Lattaquié en Syrie, le 5 juillet 2013.
Un sous-marin de classe Dolphin pourrait avoir été à l'origine d'une frappe contre le port de Lattaquié en Syrie, le 5 juillet 2013. REUTERS/Baz Ratner

L’information filtre depuis plusieurs jours dans plusieurs médias internationaux : l’armée israélienne aurait mené un nouveau raid clandestin sur la Syrie. L’attaque menée le 5 juillet dernier aurait visé une cargaison de missiles près de Lattaquié, le principal port syrien. Le matériel aurait été d'origine russe, et à destination du régime.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Nicolas Falez

Aucun commentaire officiel en Israël, et ce silence devrait durer. Selon plusieurs médias étrangers pourtant, une frappe a bien eu lieu il y a 10 jours à Lattaquié, en Syrie. Elle aurait été menée par des avions de combat ou par un sous-marin israélien Dolphin.

Le raid aurait visé une cargaison de missiles anti-navires de guerre. Des missiles de fabrication russe récemment livrés par Moscou au régime de Bachar el-Assad, selon les informations du New York Times.

Lignes rouges

Israël et la Syrie partagent une frontière et sont toujours techniquement en état de guerre. Ces derniers mois, plusieurs officiels israéliens ont expliqué qu’ils n’accepteraient pas de voir franchir certaines lignes rouges fixées par l’Etat hébreu. Pour Israël, pas question de voir la Syrie se doter d’armements sophistiqués susceptibles de modifier le rapport de force entre les deux pays. Il s’agit notamment de missiles S-300 vendus par la Russie à Damas, mais qui n’auraient pas encore été livrés.

L’autre ligne rouge, du point de vue d’Israël, est le transfert d’armements conventionnels ou non à des organisations hostiles à l’Etat hébreu. Qu’il s’agisse d’alliés de Bachar el-Assad comme le Hezbollah libanais, ou de groupes radicaux jihadistes présents en Syrie.

Depuis le début de l’année, quatre mystérieuses frappes sur la Syrie ont été attribuées à Israël. Interrogé sur la chaîne américaine CBS, le Premier ministre israélien n’a ni confirmé ni démenti les informations sur cette frappe présumée. « Dès qu'il se passe quelque chose au Moyen-Orient, on accuse Israël », a déclaré Benyamin Netanyahu, ajoutant : « Je n'ai pas l'habitude de dire ce qu'on fait ou ne fait pas. Je peux vous dire que ma politique est d'empêcher le transfert d'armes dangereuses au Hezbollah et à d'autres groupes terroristes. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail