Liban / Syrie

Le Liban renforce les contrôles pour l’accueil des réfugiés syriens

Des réfugiés syriens installés dans la plaine de la Bekaa, au nord du Liban, le 27 décembre 2012.
Des réfugiés syriens installés dans la plaine de la Bekaa, au nord du Liban, le 27 décembre 2012. REUTERS/Mohamed Azakir

Voisin de la Syrie, le Liban accueille le plus grand nombre de réfugiés depuis deux ans. Ils sont désormais 600 000 à avoir trouvé refuge dans ce pays de 4 millions d'habitants. Un afflux de plus en plus difficile à gérer pour les Libanais. Les autorités ont donc décidé de prendre des mesures plus strictes pour l'entrée des Syriens.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Plus de 600 000 réfugiés syriens sont inscrits auprès du Haut commissariat des Nations unies au Liban et autant vivent et travaillent dans le pays, soit le quart de la population. Selon les estimations, vers la fin de cette année 2013, ils pourraient même représenter près du tiers des résidents. Dans la région de Akkar, dans le nord du Liban, près de la moitié des habitants est constituée de Syriens.

Depuis des semaines, Beyrouth tire la sonnette d’alarme. L’ambassadeur libanais à l’ONU, Nawaf Salam, l’a encore répété hier mardi 23 juillet : « Le Liban n’a plus les moyens de gérer le flux des réfugiés qui ne tarit pas, avec parfois 40 000 nouveaux venus par mois ». Il a appelé la communauté internationale à accroître son aide financière pour subvenir à leurs besoins.

Le nombre élevé de réfugiés syriens provoque une forte tension dans certaines régions. Les Libanais leur reprochent une concurrence déloyale dans le domaine de l’emploi et les accusent d’être à l’origine de la hausse de la criminalité.

Malgré cela, le Liban assure qu’il ne fermera pas ses frontières pour des raisons humanitaires, comme l’a réaffirmé l’ambassadeur à New York. Cependant, le gouvernement a décidé mardi de prendre des mesures plus strictes pour l’entrée des Syriens. L’objectif est de vérifier qu’il s’agit bien de réfugiés fuyant les zones de combat et non pas de travailleurs à la recherche d’un emploi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail