Syrie

Armes chimiques en Syrie: l'ONU pourra se rendre sur le terrain

Un combattant de l'Armée syrienne libre à Alep, le 30 juillet 2013.
Un combattant de l'Armée syrienne libre à Alep, le 30 juillet 2013. REUTERS/ Ammar Abdullah

Un accord a été trouvé entre l’ONU et les autorités syriennes pour autoriser des inspecteurs des Nations unies à enquêter sur de possibles attaques chimiques. L’équipe d’inspecteurs, qui a été formée en mars dernier, va se rendre sur place « dès que possible », mais leur enquête sera limitée.

Publicité

Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

La mission d’enquête de l’ONU sur les armes chimiques négocie depuis des mois avec Damas, mais l’accord obtenu paraît encore bien maigre. Les inspecteurs de l’ONU sont autorisés à se rendre sur seulement trois sites. Un seul a été rendu public. Il s’agit de Khan Al-Assal, près d’Alep où les rebelles et le régime syrien s’accusent mutuellement d’une attaque chimique.

Trois sites, c’est bien peu, quand on sait que l’ONU a été saisie de pas moins de treize incidents chimiques en Syrie. Le Suédois Ake Sellstrom et son équipe doivent se rendre sur place dans les tout prochains jours. Reste à savoir ce qu’ils pourront trouver.

Au moment de sa nomination, Ake Sellstrom avait confié que les traces d’une attaque chimiques résistent rarement plus de trois mois. Or, l’attaque de Khan Al-Assal s’est déroulée il y a maintenant plus de quatre mois et les preuves seront sans doute très difficiles à trouver.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail