Israël / Palestine

Les 26 détenus palestiniens ont été libérés par Israël

A Erez, près de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, des Plaestiniens attendent l'arrivée des prisonniers libérés..
A Erez, près de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, des Plaestiniens attendent l'arrivée des prisonniers libérés.. REUTERS/Mohammed Salem

Vingt-six Palestiniens emprisonnés en Israël ont été libérés, tard dans la soirée de mardi 13 août. Les Palestiniens libérés ont été transférés depuis la prison d’Ayalon et libérés à Gaza et en Cisjordanie. Au total, 104 détenus doivent être libérés dans les mois à venir. Ces libérations interviennent à la veille de la reprise des pourparlers de paix, gelés depuis trois ans.

Publicité

Avec nos correspondants, Michel Paul et Emilie Baujard

« Mort aux assassins », scandaient des Israéliens, militants de droite, face à la prison Ayalon, près de Tel-Aviv, où sont rassemblés les détenus palestiniens. Les convois ont quitté le centre pénitentiaire à la nuit tombée. Les vingt-six prisonniers ont été placés dans des autocars aux vitres teintées, pour empêcher tout contact avec le monde extérieur. Les cars se sont ensuite dirigés vers les check point d’Erez, à l’entrée de la bande de Gaza et d’Ofer, près de Ramallah, pour y être remis en liberté.

Je suis très heureux d'être libre après 21 ans de prison!

Les ex-prisonniers gazaouis de retour

Accueillis par Mahmoud Abbas

Certains prisonniers ont été escortés jusqu’au palais présidentiel où le président Mahmoud Abbas les a accueillis sous une nuée d’applaudissements et au son des feux d’artifice. Hassam Baker fait partie d’un parti politique de gauche et pour lui ces libérations ne sont qu’un début : « Je pense que c’est une étape qui doit mener à la libération de tous les prisonniers palestiniens incarcérés en Israël. Et nous voulons que l’Autorité palestinienne obtienne toutes ces libérations. Car les prisonniers palestiniens ne doivent pas devenir un moyen pour Israël de faire pression sur l’Autorité palestinienne ».

En tout, 104 prisonniers doivent être libérés ces prochains mois en 4 phases successives, la plupart ont été arrêtés dans les années 80 pendant la première Intifada.

Contexte tendu

Quelques heures avant ces libérations, la mairie de Jérusalem a donné le feu vert à la mise en chantier de 942 logements dans le quartier de Guilo, dans l’est de la ville. Pour le mouvement La Paix maintenant, il s’agit d’une véritable provocation de la part des autorités israéliennes, qui jouent un double jeu. Par ailleurs, dans la soirée, deux roquettes ont été tirées à partir de Gaza en direction de la ville de Sdérot. Il n’y a pas eu de blessé.

En principe et malgré ces tensions, le dialogue israélo-palestinien devrait reprendre dans la plus grande discrétion, ce mercredi 14 août. Ni l’heure, ni le lieu de la rencontre n’ont été annoncés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail