Syrie

Armes chimiques: les enquêteurs de l'ONU sont arrivés en Syrie

A droite, le Suédois Ake Sellstrom, chef de l'équipe d'enquêteurs onusiens, à son arrivée à Damas le 18 août 2013.
A droite, le Suédois Ake Sellstrom, chef de l'équipe d'enquêteurs onusiens, à son arrivée à Damas le 18 août 2013. REUTERS/Khaled al-Hariri

Des armes chimiques ont-elles été utilisées en Syrie, et si oui, lesquelles ? Dimanche 18 août, les experts de l’ONU attendus dans le pays sont enfin arrivés à Damas pour tenter de répondre à cette question. Ils se rendront dans trois villes. Les négociations avec le régime ont été longues : Ban Ki-moon avait annoncé dès le 4 mars dernier que ses inspecteurs étaient prêts à se mettre au travail.

Publicité

Au total, treize attaques à l’arme chimique ont été signalées à l’ONU par les Occidentaux.
La France avait affirmé début juin, par la voix du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, que du gaz sarin était utilisé en Syrie. Il s’appuyait sur l’analyse de divers échantillons rapportés par des journalistes du quotidien Le Monde. La ligne rouge fixée par les Américains avait été franchie, mais les Occidentaux étaient restés prudents.

Il aura fallu des mois de négociations entre les Nations unies et Damas pour aboutir à une enquête. L'équipe arrivée ce dimanche est composée de dix inspecteurs en armement et d’autant d’experts en santé publique. Son mandat est clairement délimité : elle dira si des armes chimiques ont été utilisées, et lesquelles, mais elle ne dira pas qui en porte la responsabilité.

Les inspecteurs se rendront sur trois sites différents - Khan al-Assal, Homs et Atabyah, près de la capitale - bien que Damas ait tenté dans un premier temps de limiter l’enquête à la seule ville de Khan al-Assal. La Russie avait déclaré début juillet avoir la preuve que les insurgés y avaient fait usage de gaz sarin. Bachar el-Assad a assuré que les enquêteurs auraient toutes les facilités pour mener leur mission à bien. Mais le temps qui s’est écoulé depuis les affrontements ne va pas leur faciliter la tâche.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail