Syrie

Syrie: l'armée poursuit son offensive meurtrière dans les faubourgs de Damas

Douma, dans un faubourg de Damas, bombardé par les forces du président Bachar al-Assad ce jeudi 22 août.
Douma, dans un faubourg de Damas, bombardé par les forces du président Bachar al-Assad ce jeudi 22 août. REUTERS/Bassam Khabieh

Les appels se multiplient à nouveau pour que les inspecteurs de l'ONU, actuellement en mission en Syrie, se rendent sans délai sur les lieux où l'armée aurait fait usage d'armes chimiques, selon l'opposition. Dans la matinée de ce jeudi 22 août, un responsable sécuritaire syrien a rejeté les accusations, pour lui il aurait été « suicidaire » d'employer ces armes alors que les enquêteurs ont débuté leurs travaux. Reste que toute la nuit de mercredi 21 à jeudi 22 août, jusque dans la matinée, les forces du régime ont continué de pilonner les positions rebelles en périphérie de la capitale pour reprendre des postes stratégiques.

Publicité

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), plusieurs raids de l'aviation ont été lancés ce jeudi matin dans la banlieue de Damas. Pour le moment, l'ONG basée à Londres parle de l'assaut le plus violent qu'ait connu la région. Elle recense plus d'une centaine de tués, dont des femmes et des enfants.

Seraient particulièrement visés les faubourgs de Irbine, Harasta et Jobar. L'armée syrienne y aurait même pris le contrôle de plusieurs points stratégiques, selon un opposant sur place.

Une pluie d'obus

Zamalka et Mouadamiya seraient le théâtre de combats intenses entre l'armée et les forces de l'opposition. Des pluies d'obus tomberaient également sur ces deux villes. La même où, selon l'opposition, une attaque chimique a été lancée par le régime mercredi.

Cela fait plusieurs jours que l'armée syrienne poursuit sa campagne pour reprendre la Ghouta, cette ceinture qui enserre Damas à l'est et au sud.

L'ONU estime que ces bombardements continus sont un des obstacles à l'envoi de ses experts sur place pour vérifier les allégations d'attaque chimique par le régime.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail