Liban / Israël

Le double objectif des représailles israéliennes au sud du Liban

Militants du Front populaire de libération de la Palestine, près de la cible visée par Israël, dans la vallée de Naameh, au sud de Beyrouth, ce 23 août 2013.
Militants du Front populaire de libération de la Palestine, près de la cible visée par Israël, dans la vallée de Naameh, au sud de Beyrouth, ce 23 août 2013. REUTERS/Mohamed Azakir

Le Liban a été touché cette nuit par les représailles d’Israël après le tir de quatre roquettes qui ont touché jeudi 22 août le territoire israélien. L’Etat hébreu a visé cette nuit un objectif militaire dans le sud du Liban. L’aviation israélienne a pris pour cible la position d’un groupe palestinien proche du régime syrien, le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP). L’attaque a eu lieu dans la vallée de Naameh. Israël avait pourtant tout de suite mis en cause al-Qaïda après ces tirs de roquette.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

La riposte israélienne peut paraître déplacée, à la limite incohérente, d’autant qu’elle a visé une organisation laïque pro-syrienne. Pourtant dès le départ, c’est la responsabilité d’al-Qaïda qui a été privilégiée par les différents milieux israéliens dans le tir des roquettes. En principe, riposter contre al-Qaïda au Liban est assez difficile. Cette organisation est bien présente – les services de sécurité libanais et occidentaux le savent et le disent - mais elle est invisible et elle opère clandestinement.

Nouvelles réalités

La riposte d’Israël a en fait un double objectif : d’abord rassurer l’opinion publique que toute attaque contre les territoires israéliens ne restera pas impunie. Mais aussi et surtout profiter de cet événement pour établir de nouvelles règles de jeu. C’est en effet la première fois depuis la guerre de juillet 2006 que l’Etat hébreu mène un raid aérien contre une région située à 20 kilomètres de Beyrouth. Il est clair qu’Israël estime que les équilibres en vigueur depuis sept ans, mis en place et régis par la résolution 1701 de l’ONU, ne correspondent plus aux nouvelles réalités apparues dans la région depuis la guerre civile en Syrie.

Ne pas provoquer l'escalade

Le Hezbollah l’a précédé d’ailleurs en revendiquant le 7 août pour la première fois aussi depuis 2006 une embuscade contre une patrouille israélienne au sud du fleuve Litani, une zone censée être placée sous le contrôle de la Force intérimaire de l'ONU au Liban (Finul). De nouvelles règles de jeu se mettent donc en place au sud du Liban, mais les protagonistes prennent soin de ne pas provoquer une escalade qui deviendrait incontrôlable, du moins jusqu’à présent.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail