Qatar / Mondial 2022

Qatar: des représentants syndicaux enquêtent sur les chantiers du Mondial 2022

Des travailleurs immigrés sur un chantier à Doha, le 3 octobre 2013.
Des travailleurs immigrés sur un chantier à Doha, le 3 octobre 2013. AFP PHOTO / AL-WATAN DOHA / KARIM JAAFAR
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La polémique sur les conditions de travail des ouvriers étrangers au Qatar se poursuit. « Il n'y a pas d'esclavagisme ou de travail forcé au Qatar », a assuré la semaine dernière un officiel de cet émirat, réponse aux information du journal britannique The Guardian selon lesquelles 44 ouvriers népalais sont morts cette année sur différents chantiers de construction liés à la Coupe du Monde de football 2022. Constater les conditions de travail des migrants dans l'émirat, c'est justement l'objectif d'une délégation internationale de syndicalistes qui se trouve sur place ce lundi 7 octobre.

Publicité

Ils sont une vingtaine de syndicalistes, des Européens mais aussi des Pakistanais, des Indiens et des Népalais à se trouver au Qatar ce lundi 7 octobre. Les autorités locales leur permettront-elles de circuler et de choisir librement leurs interlocuteurs ?

Le Français Gilles Letort de la fédération CGT des salariés de la construction se pose la question : « On n’en sait rien. On a dans notre programme un certain nombre de rencontres avec les multinationales qui, aujourd’hui refusent de nous recevoir. J’ai moi-même fait une démarche auprès de Vinci qui refuse de nous ouvrir les portes de leur filiale au Qatar. On a la possibilité de rencontrer le ministre du Travail mais je ne suis pas sûr qu’il va nous annoncer grand-chose. On a aussi des rencontres avec la FIFA. Et surtout, on a l’intention d’aller dans un des camps dans lequel il y a une concentration de travailleurs migrants. L’important c’est qu’on puisse aller témoigner de ce qui se passe véritablement. C’est le seul moyen d’agir. »

 → A (RE)LIRE : La FIFA s’est penchée sur le cas du Qatar

Le Qatar est critiqué pour les carences de son droit du travail, l’absence de liberté syndicale, les conditions de travail sur certains chantiers et des confiscation des passeports d’ouvriers migrants. « Quand les salariés arrivent, poursuit Gilles Letort, on récupère leur passeport, sous prétexte d’ailleurs que les conditions de sécurité ne leur permettent pas de les conserver sur eux. Mais, du coup ils ne peuvent plus se balader, ils ne peuvent plus sortir. On a par ailleurs une campagne internationale depuis des années sur la question des normes de travail qui permettent aux salariés de se reposer. Des temps de pause qui bien évidemment, avec 50° à l’ombre, ont du mal à être appliqués. Donc les salariés travaillent dans des conditions absolument abominables. C’est une précarité extrême. »

La Fédération des travailleurs du bâtiment demande d'ores et déjà la suspension de la Coupe du Monde 2022, tant que le Qatar ne respectera pas les normes sociales internationales.

 → A (RE)LIRE : Le Mondial au Qatar, équation insoluble?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail