Accéder au contenu principal
Afghanistan

Le retour possible de la lapidation en Afghanistan

L'ONG Human Rights Watch, a alerté en début de semaine contre ce projet en publiant un communiqué qui dénonce le fait même que l'administration Karzai ait pu avoir l'idée de réintroduire ces punitions d'un autre temps.
L'ONG Human Rights Watch, a alerté en début de semaine contre ce projet en publiant un communiqué qui dénonce le fait même que l'administration Karzai ait pu avoir l'idée de réintroduire ces punitions d'un autre temps. Paula Bronstein/Getty Images
Texte par : Nicolas Ropert
3 mn

En Afghanistan, une commission réfléchit au rétablissement de la lapidation. Cette punition mortelle viserait les femmes mais aussi les hommes coupables d'adultères. Douze ans après la chute des talibans, ce projet ressemble à un incroyable retour en arrière. L'ONG Human Rights Watch a dénoncé en début de semaine le fait même que l'administration Karzaï ait pu avoir l'idée de réintroduire ces punitions d'un autre temps.

Publicité

La commission mise en place par le ministère afghan de la Justice est chargée d'émettre des propositions sur une réforme du code pénal. Il s'agit de durcir la punition des cas d'adultères, de vol et de consommation d'alcool en accord avec la charia, la loi islamique, a confirmé le ministère de la Justice. Et ce durcissement des sanctions irait jusqu'à la lapidation en public pour les hommes ou les femmes mariés. Si vous êtes célibataire, il vous en coûtera 100 coups de fouet si jamais vous avez une relation avec une personne mariée.

→ à (re)lire : Afghanistan: l'adultère puni de lapidation en débat

Human Rights Watch interpelle Hamid Karzaï

L'ONG Human Rights Watch, a alerté en début de semaine contre ce projet qui rappelle les heures sombres de l'Afghanistan en publiant un communiqué qui dénonce le fait même que l'administration Karzaï ait pu avoir l'idée de réintroduire ces punitions d'un autre temps. Elle dénonce une violation de toutes les normes internationales en matière de droits de l'homme. Elle en appelle au président Karzaï pour empêcher cette dérive, et espère que la communauté internationale saura faire pression sur les autorités afghanes. Les 16 milliards de dollars d'aides promis lors de la conférence de Tokyo l'an dernier étaient assortis de progrès dans le domaine des droits de l'homme et des femmes.

L'Afghanistan et les droits des femmes

L'administration Karzaï souffle le chaud et le froid concernant la condition des femmes dans le pays. D'un côté, plusieurs affaires d'exécutions publiques ont fait scandale dans le pays ces dernières années. Et le gouvernement avait condamné avec la plus grande sévérité ces actes. Des progrès ont été faits pour protéger les femmes. L'Afghanistan compte un ministère du Droit des femmes par exemple.

Mais les progrès ne vont pas assez loin, dénoncent les organisations de défense des droits des femmes. On se souvient qu'en 2009, le Parlement avait voté une loi qui légalisait le viol conjugal pour les chiites. Plus récemment, la loi contre l'élimination des violences faites aux femmes n'avait pas pu être votée face à la fronde des parlementaires les plus conservateurs. Les plaintes des femmes victimes de violence a augmenté de plus de 25% par rapport à l'année dernière, a annoncé la Dommission indépendante des droits de l'Homme. Et avec le retrait des armées étrangères, beaucoup s'inquiètent d'une nouvelle dégradation des conditions des femmes en Afghanistan.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.