Golfe

Les Etats-Unis réaffirment leur présence militaire dans le golfe Persique

Chuck Hagel, secrétaire américain à la défense, s'est employé à rassurer ses interlocuteurs : les Etats-Unis
Chuck Hagel, secrétaire américain à la défense, s'est employé à rassurer ses interlocuteurs : les Etats-Unis REUTERS/Hamad I Mohammed

Les Etats-Unis vont maintenir leur présence militaire dans le golfe. C’est ce qu’a déclaré ce samedi 7 décembre au matin Chuck Hagel, le secrétaire américain à la Défense lors d’une conférence sur la sécurité régionale qui se tient en ce moment à Manama au Bahreïn. Après l’accord intérimaire sur le nucléaire iranien conclu à Genève le 24 novembre, les pays du Golfe craignaient un retrait partiel des effectifs américains dans la région mais ceux qui spéculaient sur un retrait faisaient fausse route 

Publicité

C'est le message qu'à tenu à faire passer Chuck Hagel devant les participants à cette conférence sur la sécurité régionale. Le secrétaire américain à la Défense a donc confirmé que les Etats-Unis resteraient présent dans la région avec un contingent de 35.000 hommes, et ce, malgré l'accord conclu avec l'Iran.

→ à (re)lire : Nucléaire iranien: l'accord historique qui satisfait, pour le moment, tout le monde

« Les Etats-Unis n'ont pas l'intention de reconsidérer ce nombre » a ainsi déclaré Chuck Hagel avant de détailler les armes et les ressources exactes disponibles dans la région.
Ces forces reposent sur un contingent de 10.000 soldats avec des tanks et des hélicoptères apaches. Quarante navires sont également présents, dont un porte-avions. Et des systèmes de défenses de missiles, des radars avancés, des drones de surveillance et des avions militaires sont également opérationnels.

« Aucun objectif n'est hors de nos portées » a tenu à préciser le secrétaire américain à la Défense afin de rassurer davantage les monarchies du Golfe. Vendredi, Chuck Hagel s'était entretenu personnellement avec différents responsables de la région, rappelant qu'il ne fallait pas voir dans l'accord signé avec Téhéran un prélude à un désengagement des Etats-Unis dans le Golfe. Le secrétaire américain à la Défense doit pousuivre sa tournée dans la région avec une visite prévue lundi prochain en Arabie Saoudite, puis une escale au Qatar.

→ à (re)lire : Avec l'accord sur le nucléaire iranien, la situation régionale prend le chemin de l'apaisement

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail