Accéder au contenu principal
Israël / Liban

La tempête de neige Alexa s'abat sur le Proche-Orient

Le Mur des Lamentations de Jérusalem sous la neige, le 12 décembre 2013.
Le Mur des Lamentations de Jérusalem sous la neige, le 12 décembre 2013. REUTERS/Darren Whiteside
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Israël est couvert d'un manteau neigeux depuis la nuit dernière. Ce sont les chutes de neige les plus importantes pour un mois de décembre depuis 1953 ! Au Liban voisin, c'est le même scenario, qui n'est pas sans entraîner quelques perturbations.

Publicité

Avec notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon

La ville sainte s'est réveillée sous la neige ce jeudi matin, pour la plus grande joie des enfants. Ces derniers ont rarement l'occasion de voir des flocons tomber près de chez eux.

Les enfants peuvent s'amuser dehors autant qu'ils le veulent, car les écoles sont fermées toute la journée par mesure de précaution. Tout Jérusalem vit d'ailleurs au ralenti. Beaucoup de commerces sont restés fermés.

Routes non déneigées

Peu de circulation aussi en ville. Il faut dire que contrairement à ce qu'avait annoncé la mairie, toutes les routes n'ont pas été déneigées. Les rares conducteurs qui s'aventurent dehors conduisent très prudemment, en raison aussi de la chute de branches d'arbres.

Autre conséquence des intempéries : la principale route menant de Tel Aviv à Jérusalem a été partiellement fermée. Il y a également eu des perturbations dans les aéroports.

Les chutes de neige se sont un peu calmées à la mi-journée, mais ce n'est que provisoire. La météo prévoit une poursuite des intempéries vendredi et samedi dans tout le pays.

Au Liban, les réfugiés syriens premières victimes du froid

Deux enfants dont un bébé de six mois seraient morts de froid cette semaine à Alep et à Homs, selon des militants de l'opposition syrienne. Depuis deux jours, une tempête glaciale balaie la Syrie et les pays qui l'entourent. Les civils qui sont restés en Syrie en souffrent bien sûr, mais les réfugiés qui se trouvent dans les pays voisins sont également touchés. C'est le cas au Liban, dans la vallée de la Bekaa où se trouvent plusieurs centaines de milliers de réfugiés.

Des routes et des champs recouverts de neige, des températures négatives dès que le soleil se couche : dans la vallée de la Bekaa, les réfugiés syriens sont touchés de plein fouet par la tempête glaciale qui s'est abattue sur la région.

La plupart d'entre eux sont installés en effet dans des camps de fortune, et leurs tentes où ils s'entassent par familles entières sont bien trop fragiles pour les protéger. « Les réfugiés qui habitent dans la Bekaa, surtout dans le nord de la Bekaa, sont ceux qui ont été le plus atteints par cette tempête. Il y a des tentes qui ont été détruites à cause de la neige. Il y a des tentes qui ont été inondées. C’est particulièrement difficile pour les réfugiés qui habitent dans les tentes », déplore Lisa Abou Khaled, porte-parole au Liban du Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) pour la vallée de la Bekaa.

Zones inondables

La tempête Alexa devrait durer jusqu'à dimanche. D'ici là les réfugiés syriens devront se débrouiller avec les quelques réchauds et les couvertures dont ils disposent. Dans certaines régions montagneuses du Liban, les températures pourraient descendre jusqu'à -7°C.

Au froid s'ajoute un autre danger : celui de voir les cours d'eau de la Bekaa sortir de leurs lits car les réfugiés syriens sont nombreux à s'être installés dans des zones inondables.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.