Accéder au contenu principal
IRAK

Irak: les violences se propagent autour de Fallouja

Un combattant sunnite observe une voiture de police en train de brûler, à Ramadi, le 2 janvier 2014.
Un combattant sunnite observe une voiture de police en train de brûler, à Ramadi, le 2 janvier 2014. REUTERS/Ali al-Mashhadani
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Trente-deux civils ont été tués ce vendredi 3 janvier en Irak à Ramadi et à Fallouja (ouest) dans des affrontements opposant des tribus locales à des combattants d'al-Qaïda, selon des sources policières. Au cinquième jour consécutif de violences dans la province irakienne sunnite d'al-Anbar, un bastion très hostile au Premier ministre chiite al-Maliki, les autorités ont annoncé que 71 combattants d'al-Qaïda auraient été tués depuis ce lundi. Les insurgés auraient pourtant gagné du terrain à Ramadi et à Fallouja.

Publicité

Les combats entre insurgés et forces de sécurité ont éclaté lundi dernier à Ramadi.
Depuis, ils n'ont pas cessé. C'est le démantèlement d'un camp de protestataires sunnites anti-gouvernementaux qui a mis le feu aux poudres. Ils protestaient contre la mise à l'écart de la communauté sunnite par le pouvoir chiite de Nouri al-Maliki.

Lundi 30 décembre, l'armée est entrée en force dans le camp que le gouvernement présente comme un fief d'al-Qaïda. Les violences se sont alors propagées à la ville proche de Fallouja. En fait, des milliers de combattants sunnites anti-gouvernementaux se sont soulevés et ont pris le contrôle de plusieurs bâtiments dans les deux villes.

→ A (RE) LIRE : Irak: la province d'al-Anbar toujours sous le feu des combats

Les tribus sunnites se seraient fédérées en un groupe intitulé « Les Révolutionaires tribaux ». Des islamistes armés liés à al-Qaïda, sunnite eux aussi, ont profité de la situation pour prendre d'assaut des postes de police. Ces groupes ont fait main basse sur des armes et libéré des centaines de détenus. Les forces armées irakiennes ont depuis du mal à reprendre le contrôle des villes. Des snippers perchés sur les toits et les minarets empêchent leur progression.

→ A (RE) LIRE : Hasni Abibi, directeur du Cernam: « Une dérive autoritaire en Irak chez Maliki »

Des combats complexes à décrypter

Les bilans dressés par les autorités irakiennes restent partiels et surtout impossibles à vérifier. Il est difficile d'établir si l'armée irakienne et les tribus d'al-Anbar qui continuent de combattre à ses côtés, parviennent à regagner du terrain face aux combattants d'al-Qaïda. Ces derniers se sont emparés en quelques jours de positions importantes, à Ramadi comme à Fallouja.

A Fallouja, une des principales villes de la province sunnite comme Ramadi, c'est le quart de la ville qui serait ainsi contrôlé par les rebelles. Selon un témoin interrogé par l'AFP, ces derniers auraient annoncé la proclamation de l'Etat islamique de Fallouja, lançant un appel général à l'insurrection face au gouvernement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.