Accéder au contenu principal
Turquie/ Syrie

Turquie : retour au pays d’un journaliste libéré en Syrie

Le journaliste turc Bunyamin Aygun (c) s'adresse aux médias après son arrivée à l'aéroport Ataturk à Istanbul, le 6 Janvier 2014
Le journaliste turc Bunyamin Aygun (c) s'adresse aux médias après son arrivée à l'aéroport Ataturk à Istanbul, le 6 Janvier 2014 AFP PHOTO/OZAN GUZELCE/MILLIYET DAILY
Texte par : RFI Suivre
6 mn

Bünyamin Aygün, journaliste photographe du quotidien turc Milliyet, est rentré lundi 6 janvier à Istanbul. Il a été libéré dimanche après plusieurs semaines de détention aux mains de groupes radicaux en Syrie. 

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

Il est arrivé à la frontière, chaussé de simples claquettes, parce qu’avant de l’abandonner, ses geôliers ont eu un faible pour ses chaussures de randonnée, raconte Bünyamin Aygün, qui a encore du mal à croire à sa libération.

Il dit avoir beaucoup prié pour que son pays s’occupe de lui et ne l’oublie pas. Mais il explique en fait avoir été libéré par une brigade dépendant de l’Armée syrienne libre, après plusieurs jours de combats contre les jihadistes de l’Emirat islamique d’Irak et du Levant.

Pendant les quarante jours de sa détention, raconte le photographe, il a passé, le plus clair de son temps, les yeux bandés, nourri juste de pain et d’eau et en changeant de cellule tous les quatre jours en moyenne, sauf vers la fin.

S’il n’estime pas avoir été mal traité, Bünyamin reconnaît que le pire moment a été pour lui, après vingt jours entre les mains de ses ravisseurs, quand ils lui ont annoncé qu’il allait être exécuté, et qu’après réflexion, la meilleure mort pour lui, serait d’être coupé en morceaux plutôt que fusillé…

Depuis ce moment-là, il ne pensait plus devoir s’en sortir. Et pourtant, pense-t-il, les jihadistes, qui le retenaient, ont compris qu’il n’était pas un espion quand ils ont vu, à travers des médias, la mobilisation de ses confrères en Turquie, réclamer sa libération.


 ■ ANALYSE : Hala Kodmani : « Les journalistes ne peuvent pas travailler en Syrie »

Au cours de la cérémonie de soutien aux otages français en Syrie, qui s’est déroulée à la Maison de la radio à Paris, hier lundi, la journaliste franco-syrienne Hala Kodmani a évoqué les délicates conditions de travail pour sa profession en Syrie.

Il était hors de question qu’on sache que je suis journaliste, et que je viens de France. Je me suis fait passer pour une habitante, une amie d’ami qui venait voir de la famille…

Hala Kodmani

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.