Accéder au contenu principal
Egypte

Egypte : trois syndicalistes et un haut responsable enlevés dans le Sinaï

Le président égyptien Adly Mansour
Le président égyptien Adly Mansour Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Egypte, trois syndicalistes et un haut responsable gouvernemental ont été enlevés dans la soirée de mardi 7 janvier dans la péninsule du Sinaï. Un enlèvement revendiqué par les jihadistes de l’organisation, Ansar Beyt al-Maqdis, qui avait déclaré sa responsabilité dans l’attentat contre le quartier général de la police de Mansourah qui avait tué dix-sept personnes.

Publicité

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

Le président du syndicat des travailleurs du tourisme et ses deux adjoints ainsi que le sous secrétaire du ministère du Travail se rendaient à la ville balnéaire de Charm el-Cheikh pour participer à une manifestation en faveur de la nouvelle Constitution qui doit être votée par référendum mardi. Leur véhicule a été retrouvé à une dizaine de kilomètres de la ville de Suez.

Le communiqué d’Ansar Beyt al-Maqdis réclame la libération de prisonniers et de prisonnières islamistes en contrepartie de la libération de ceux qu’il qualifie « d’impies complices du coup d’Etat » contre le président Frère musulman Mohamed Morsi.

Bras armé

L’organisation est considérée par le ministère de l’Intérieur égyptien comme un bras armé de la confrérie des Frères musulmans qui a appelé au boycott du référendum sur la Constitution.

C’est la première fois que des civils sont enlevés en Egypte pour des raisons politiques. Jusque-là, c’étaient des policiers ou des militaires qui étaient visés par des enlèvements au Sinaï. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.