Accéder au contenu principal
EGYPTE

Egypte: la révolution fête ses trois ans dans le sang

Des manifestants anti-régime et des membres des Frères musulmans dans les rues du Caire, le 25 janvier 2014.
Des manifestants anti-régime et des membres des Frères musulmans dans les rues du Caire, le 25 janvier 2014. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Au moins 49 morts et 247 blessés, c'est le lourd bilan de la journée d'hier, samedi 25 janvier, en Egypte, journée qui marquait le troisième anniversaire du début de la révolution contre le régime d’Hosni Moubarak. Le pays a présenté deux visages : l’un festif, notamment sur la place Tahrir où l'on a célébré cet anniversaire, et l'autre violent, avec des affrontements qui ont fait de nombreuses victimes.

Publicité

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

Ils étaient des centaines de milliers à célébrer le 25 janvier sur l’emblématique place Tahrir et sur d'autres places de la plupart des villes égyptiennes. En réalité, ils célébraient leur victoire contre les Frères musulmans lors du référendum sur la Constitution et ont plébiscité le général Sissi, l'actuel ministre de la Défense mais surtout celui qu’ils considèrent comme un héros et qu’ils veulent comme président.

Des manifestations sécurisées par les forces de l’ordre. Une police qui, par contre, a dispersé rapidement toute manifestation de l’opposition, qu’elle soit organisée par les Frères musulmans ou par des mouvements révolutionnaires radicaux.

Répression

C’est d’ailleurs un scénario qui s’est répété dans de nombreux quartiers populaires du Caire mais aussi d’Alexandrie et d’ailleurs. Des habitants ont prêté main forte à la police dans la répression des Frères musulmans. Il y a même eu des batailles rangées entre Frères musulmans et anti-Frères musulmans où tous les coups étaient permis : des coups de gourdin ou de machette mais aussi des coups de feu tirés d’armes artisanales ou automatiques. Un phénomène qui pourrait semer le chaos s’il se généralisait.


  ■ ZOOM : Dénoncer à la fois le régime et les Frères, une position délicate

C’est une ambiance schizophrène qui a régné samedi après-midi dans le centre-ville du Caire. A l’appel du ministre de l’Intérieur lui-même, des milliers de personnes ont célébré le troisième anniversaire de la révolution place Tahrir dans une ambiance festive, parfois émaillée de violences. A quelques mètres de là, les militants qui s’opposent à la fois au retour d’un régime militaire et aux Frères musulmans ont été pourchassés par les forces de l’ordre.

Ce n’est pas une manifestation des Frères musulmans, c’est une manifestation des révolutionnaires qui étaient sur la place Tahrir en 2011. Mais aujourd’hui le pouvoir réprime toutes les voix qui s’opposent à lui.

Reportage parmi les manifestants

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.