Des Palestiniens malades interdits de passage vers Israël

Suhad al-Katib, une patiente palestinienne qui souffre de cancer, patiente en attendant de pouvoir se rendre dans un hopital israélien.
Suhad al-Katib, une patiente palestinienne qui souffre de cancer, patiente en attendant de pouvoir se rendre dans un hopital israélien. REUTERS/Mohammed Salem

Entre 50 et 70 habitants de Gaza, malades, se sont vu refuser l'accès au territoire israélien sous prétexte que leurs documents administratifs portaient le tampon de « l'Etat de Palestine ». Une mention apparue depuis que la Palestine a accédé au statut d'Etat observateur à l'ONU fin 2012, ce à quoi Israël s'oppose.

Publicité

Avec notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon

Ils sont quelques dizaines de Palestiniens seulement à pouvoir franchir chaque jour le terminal d'Erez, ce complexe ultra sécurisé qui sépare la bande de Gaza de l'Etat d'Israël. Ce sont en majorité des personnes agées, malades, qui obtiennent le droit de se faire soigner en Israël.

Mais apparemment cela ne fonctionne plus très bien. Plusieurs dizaines de Palestiniens se sont fait refouler parce que leurs papiers étaient estampillés « Etat de Palestine », alors qu'auparavant ils portaient la mention « Autorité palestinienne ».

Statut d'observateur

Le changement de nom sur les documents offciels s'est fait récemment, alors que les dirigeants palestiniens ont obtenu, pour la Palestine, un statut d'Etat observateur à l'ONU, il y a un peu plus d'un an. Un statut que les Israéliens rejettent. Ils exigent donc que les Palestiniens présentent des documents appropriés, sans cette mention « Etat de Palestine », s'ils veulent entrer sur leur territoire.

Le ministère palestinien de la Santé s'étonne de cette affaire. Il affirme que les papiers avec la nouvelle mention ne sont pas nouveaux et qu'ils n'ont jamais posé de problèmes jusqu'ici.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail