Syrie

Syrie: le Krak des Chevaliers tombe aux mains du régime

Le krak des Chevaliers, tenu depuis deux ans par les rebelles syriens, a été repris ce jeudi 20 mars par les forces de Bachar el-Assad.
Le krak des Chevaliers, tenu depuis deux ans par les rebelles syriens, a été repris ce jeudi 20 mars par les forces de Bachar el-Assad. AFP PHOTO / SAM SKAINE

Après avoir chassé les rebelles de leur fief de Yabroud la semaine dernière, les troupes de Bachar el-Assad viennent de réaliser une prise importante : le Krak des Chevaliers. Ce château fort médiéval construit par les Croisés dans la région de Homs était contrôlé depuis deux ans par la rébellion.

Publicité

Surnommé « la forteresse imprenable », le Krak des Chevaliers aura résisté aux attaques du régime durant ces deux dernières années. Tenu par les révolutionnaires syriens, il était régulièrement bombardé. L’une de ses tours a même été éventrée par un tir d’obus en juillet 2013. Situé au sommet d’une colline, ce château fort médiéval domine toutes les vallées en contrebas. Il a permis aux rebelles de suivre à la trace les déplacements des forces ennemies sur le terrain.

Mais, même si ses murailles font plusieurs mètres d’épaisseur, le Krak des Chevaliers n’est visiblement pas adapté à la guerre moderne. Appuyées par les hommes du Hezbollah libanais, les troupes de Bachar el-Assad ont lancé ce jeudi 20 mars deux attaques simultanées contre le fort. En s’emparant du Krak des chevaliers, le régime syrien verrouille toute la frontière avec le nord du Liban et coupe la dernière voie de ravitaillement des rebelles dans cette région.

L’armée syrienne a pris la forteresse après l’effondrement de la dernière ligne de défense des rebelles dans le village d’al-Hosn. Les combattants ont essayé de fuir vers le Liban avant la chute de la citadelle. Ils ont été attaqués par l’aviation et l’artillerie syrienne ou sont tombés dans des embuscades. Des dizaines d’entre eux ont été tués, blessés ou capturés. Une partie est quand même parvenue à traverser la rivière qui sépare le Liban de la Syrie. Blessés ou exténués, ils ont été secourus par la Croix-Rouge ou des membres d’associations islamistes.

Plus au sud, l’armée syrienne et le Hezbollah s’apprêtent à donner l’assaut à Renkous une des dernières localités encore aux mains des rebelles, au nord de Damas, dans les montagnes du Qalamoun. Si la localité tombe, le régime syrien aura réussi à sécuriser pour la première fois en trois ans toute la frontière avec le Liban.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail