Arabie Saoudite

Le roi d'Arabie Saoudite désigne son demi-frère Moqren prince héritier

Le roi Abdallah d’Arabie Saoudite à Riyad, le 10 février 2012.
Le roi Abdallah d’Arabie Saoudite à Riyad, le 10 février 2012. REUTERS/Saudi Press Agency/Handout

Le roi Abdallah d’Arabie Saoudite a décidé ce jeudi 27 mars de nommer son demi-frère le prince Moqren futur prince héritier. Cette nomination annoncée par décret royal prouve que le roi Abdallah, âgé de 90 ans, veut éviter les problèmes de succession après sa mort et ouvrir la porte à une nouvelle génération.

Publicité

Avec notre correspondante à Riyad,  Clarence Rodriguez

La décision est irrévocable. La désignation du prince Moqren comme futur prince héritier ne peut être modifiée ou annulée sous aucun prétexte et par qui que ce soit. Cette décision a été prise en accord avec l’actuel prince héritier Salmane, âgé de 79 ans et malade. Le prince Moqren, demi-frère du roi Abdallah et actuel deuxième vice-président du Conseil des ministres, sera proclamé souverain au cas où le prince Salmane et le roi Abdallah, décèdent.

Le décret royal souligne que cette mesure a été décidée par le Conseil d’allégeance, censé désigner le futur prince héritier, « à plus de trois quarts » de ses 34 membres. Mais une source proche du pouvoir a indiqué à l’AFP que le roi Abdallah avait réuni le Conseil pour lui demander simplement d’approuver sa décision.

En Arabie Saoudite, la succession est adelphique : elle s’effectue de frère en frère, en respectant le droit d’aînesse. Âgé de 69 ans, le prince Moqren est le plus jeune des 35 fils d’Abdel Aziz, le fondateur du royaume. Durant six ans, jusqu’en 2012, il a dirigé les puissants services de renseignements saoudiens.

Durant le Conseil d’allégeance, le roi Abdallah a également exprimé son souhait de nommer son fils aîné Mitab, actuel ministre de la Garde nationale, au poste de vice-Premier ministre. Cette volonté a été approuvée par les deux tiers environ du Conseil, ce qui place le prince Mitab en deuxième position dans l’ordre de succession.

A 90 ans, c’est donc en douceur que le roi Abdallah prépare sa succession. Il veut ainsi éviter les querelles au sein de la dynastie vieillissante des al-Saoud. Une nouvelle génération se met en place au pouvoir.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail