Accéder au contenu principal
Syrie

Syrie: le Conseil de sécurité face à l'horreur du rapport César

Corps de Syriens tués après une frappe aérienne du régime de Bachar el-Assad dans le quartier al-Maysar d'Alep, le 18 Janvier 2014.
Corps de Syriens tués après une frappe aérienne du régime de Bachar el-Assad dans le quartier al-Maysar d'Alep, le 18 Janvier 2014. DR
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le Conseil de sécurité s’est penché sur les atrocités commises en Syrie à travers le rapport César, un document de 55 000 photos d’hommes et de femmes torturés à mort dans les prisons syriennes que la France veut transmettre à la Cour pénale internationale.

Publicité

Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

Les images présentées au Conseil de sécurité sont difficilement soutenables. Des corps atrocement mutilés. Le photographe militaire, qui a fait défection, avait pour nom de code César. Il travaillait pour la police militaire syrienne. Il était chargé de photographier les corps des détenus torturés. Quatre à cinq clichés par cadavre. 55 000 photos en tout.

David Crane, ancien procureur du tribunal pour la Sierra Leone a été chargé d’authentifier ces clichés. « C’est très rare pour nous d’avoir ce genre de preuves, explique-t-il. Ce sont des preuves directes et au-delà du doute raisonnable de crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis par le régime Assad ».

En montrant ce rapport, l’ambassadeur français Gérard Araud veut convaincre le Conseil de sécurité de saisir la Cour pénale internationale : « Il se passe de telles atrocités en Syrie que même si nous ne sommes pas d’accord, nous devons au moins nous retrouver sur un thème simple : les criminels doivent être conduits, présentés à la justice. Nous pensons donc que les 15 membres du Conseil de sécurité devraient accepter que la situation en Syrie soit déférée à la Cour pénale internationale ».

Après la présentation les membres du Conseil sont restés silencieux pendant un long moment. Mais le représentant russe a rapidement laissé entendre que Moscou mettra probablement son veto à un déferrement à la CPI.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.