Qatar

Un projet de loi pour protéger les travailleurs étrangers au Qatar

Les conditions de vie et de travail des travailleurs immigrés au Qatar ont abouti à la mort de nombre d'entre eux, selon la presse britannique.
Les conditions de vie et de travail des travailleurs immigrés au Qatar ont abouti à la mort de nombre d'entre eux, selon la presse britannique. capture d'écran youtube/The Guardian
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le Qatar annonce aujourd'hui du changement dans la loi du Travail pour améliorer les conditions de vie des travailleurs étrangers. Le pays, qui va accueillir la Coupe du monde de football en 2022, fait l'objet de vives critiques internationales depuis des mois. Les autorités promettent l'abolition du fameux système de « parrainage » qui place les employés à la merci de leur employeur.

Publicité

Avec notre correspondante à Doha, Laxmi Lota

C'est tout d'abord la fin du sponsoring, ou parrainage, qui lie actuellement tout employé à son employeur : le parrain a aujourd'hui tout pouvoir d'empêcher un travailleur de sortir du Qatar. Il peut aussi lui interdire de changer d'emploi. Près de deux millions de travailleurs étrangers sont concernés, sur une population de 2,2 millions d'habitants.

Selon le projet de loi, les expatriés pourront désormais obtenir leur visa de sortie directement au ministère du Travail, sans passer par leur patron. Les salariés auront aussi la possibilité de changer d'employeur à la fin de leur contrat, sans demander d'autorisation

→ A (RE)LIRE : Le Qatar de nouveau accusé de maltraiter les ouvriers étrangers

C'est un contrat de travail et non plus un rapport de force qui déterminera les relations entre un employeur et un employé. Ce projet de loi concerne « absolument tous les travailleurs du Qatar », selon le ministère de l'Intérieur : ouvriers et domestiques ne sont pas oubliés.

Mais ces annonces devront d'abord passer par un conseil consultatif, la Chambre de commerce et le Conseil des ministres avant de devenir effectives. De plus, la loi ne prévoit rien sur le droit de se syndiquer, de manifester ou un salaire minimum.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail