Vatican / Terre Sainte

Le pape François achève son pèlerinage en Terre Sainte

Le pape François s'est rendu devant le « Mémorial des victimes de la terreur », une visite qui ne figurait pas à l'origine dans son programme, à Jérusalem, le 26 mai 2014.
Le pape François s'est rendu devant le « Mémorial des victimes de la terreur », une visite qui ne figurait pas à l'origine dans son programme, à Jérusalem, le 26 mai 2014. REUTERS/Osservatore Romano

Le pape François a achevé ce lundi soir une visite de trois jours au Moyen-Orient, qui l’a amené de Jordanie à Jérusalem, en passant par Bethléem. Un voyage qui se voulait avant tout religieux, mais qui a pris une tournure aussi politique.

Publicité

Avec notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon

Deux images fortes resteront de ce voyage en Terre Sainte. Deux images pratiquement similaires. Le pape François se recueillant devant le mur de séparation à Bethléem, à côté des graffitis appelant à libérer la Palestine. Et puis, même geste le lendemain devant le mur cette fois du mémorial des victimes israéliennes d’attentats, à Jérusalem. Ces deux visites n’étaient pas prévues au programme et elles sont fortes symboliquement.

Le Pape a voulu faire un geste d'une part contre un mur qui ne conduit pas à la paix, a expliqué son porte-parole, et d'autre part, contre le terrorisme qui tue les innocents et détruit la paix.

Le souverain pontife a aussi invité le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et son homologue israélien Shimon Peres à venir prier ensemble au Vatican, toujours pour cette paix qui se fait attendre au Proche-Orient. Les deux hommes ont accepté.

Enfin, le pape François a appelé au libre accès des croyants de toutes les religions aux lieux saints de Jérusalem, les chrétiens et les musulmans se plaignant souvent des restrictions imposées par l'occupation israélienne. Là encore un message politique.

Au même moment, la municipalité de Jérusalem a approuvé un plan de construction de 50 logements dans un quartier de colonisation à Jérusalem-Est, une décision qui « dénote un manque total de sensibilité », a déploré un conseiller municipal d'opposition.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail