Egypte

Egypte: Sissi élu par un nombre de voix record mais une participation en baisse

Célébration de la victoire d'Abdel Fattah al-Sissi à l'élection présidentielle, sur la place Tahrir au Caire, le 29 mai 2014.
Célébration de la victoire d'Abdel Fattah al-Sissi à l'élection présidentielle, sur la place Tahrir au Caire, le 29 mai 2014. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Abdel Fattah al-Sissi, élu avec 97% des voix, est officiellement le nouveau président égyptien. Cette annonce de la Haute commission électorale a provoqué la joie de millions de partisans du maréchal, qui sont descendus fêter la victoire de leur champion sur toutes les grandes places d’Égypte.

Publicité

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

Le discours d'Abdel Fattah al-Sissi a été bref et sobre. Il a remercié les Égyptiens qui lui ont fait confiance, mais également tous les Égyptiens qui ont participé à la présidentielle, ainsi que son adversaire Hamdine Sabahi, nassérien de gauche. « Une nouvelle page est ouverte », a déclaré Sissi dans son adresse télévisée. Une page qui « nécessitera beaucoup de travail et d’union pour réaliser un avenir meilleur », a conclu le nouveau président.

Plus que le taux écrasant d'électeurs s'étant exprimés en sa faveur, c’est le nombre absolu de voix obtenues par Abdel Fattah al-Sissi qui fait la joie de ses partisans : 23 780 000 voix sur 24 578 000 bulletins valides. Il s'agit quasiment du double des voix obtenues en 2012 par Mohamed Morsi, le président des Frères musulmans destitué par son ministre de la Défense, le général – entre-temps devenu maréchal – Sissi. Le nombre de votants lors des présidentielles de 2012 (26,3 millions) et de 2014 (25,5 millions) est très proche, mais le taux de participation a été inférieur lors de ce dernier scrutin. 52% des inscrits avaient voté en 2012, contre 47% en 2014.

Une baisse que les observateurs attribuent à trois facteurs. D’abord, le résultat était connu d’avance du fait de la popularité de Sissi. Ensuite, le fait qu'il y ait quelque cinq millions d’Egyptiens travaillant loin de leur lieu de résidence – notamment dans le tourisme – qui n’ont pas pu voter lors de ce scrutin alors qu'en 2012, ils pouvaient voter sur leur lieu de travail. Troisième et dernier facteur pouvant expliquer cette participation en baisse : l’appel au boycott lancé par les Frères musulmans et les forces révolutionnaires. Ces dernières se sont surtout exprimées par le biais des bulletins invalidés, soit plus d’un million.

L'Arabie saoudite félicite Sissi

C’est la promesse d’un vrai cadeau royal que vient de recevoir le 7ème président de la République égyptienne. Dans son message de félicitations, le roi Abdallah a appelé à la tenue d’une « Conférence des amis de l’Egypte » pour aider ce pays à sortir de la crise économique. « Les Frères et amis donateurs qui en ont les moyens doivent aider l’Egypte arabe et musulmane à sortir du tunnel de sa crise économique et retrouver sa force ». L’Arabie Saoudite, les Emirats et le Koweït ont accordé à l’Egypte une aide de plus de 12 milliards de dollars dès la destitution du président Mohamed Morsi. Un Frère musulman mal vu par les pays du Golfe, Qatar excepté. Et c’est justement au Qatar, allié des Frères musulmans, que le roi Abdallah a adressé une menace implicite : « Ceux qui n’aideront pas l’Egypte, alors qu’ils en ont les moyens, ou s’ingèreront dans ses affaires intérieures se seront attaqués à l’islam et à l’arabité ainsi qu’à l’Arabie Saoudite ». « C’est une question sur laquelle aucune concession ne sera faite », a conclu le chef du plus riche des Etats arabes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail