IRAK

@wikibaghdady, le compte Twitter qui distille des infos sur l'EIIL

Des combattants de l'EIIL à Ramadi en mars dernier. Photo extraite d'une vidéo de propagande.
Des combattants de l'EIIL à Ramadi en mars dernier. Photo extraite d'une vidéo de propagande. AFP PHOTO / HO / AL-FURQAN MEDIA

Alors que les jihadistes progressent dans l'Ouest irakien, la bataille se joue aussi sur le net. L'Etat islamique en Irak et au Levant utilise largement les réseaux sociaux pour propager ses idées et recruter des combattants. Mais voilà qu'un mystérieux compte Twitter a fait son apparition. @wikibaghdady promet de révéler l'histoire secrète de l'EIIL.

Publicité

Les curieux sont bien servis avec @wikibaghdady, car le peu que l'on connaît sur les dirigeants, la structure, le fonctionnement, les objectifs, et les méthodes de financement de cette énigmatique organisation proviennent des informations distillées depuis le 10 décembre 2013 par ce compte Twitter. C'est lui, par exemple, qui nous a appris le vrai nom de son chef suprême, qui se fait appeler Abou Bakr al-Baghdadi al-Husseini al-Quraichi. Ce nom lui prête une lignée prestigieuse, remontant à la tribu du prophète Mohammad, Qoreich. Cela lui confère une légitimité suffisante pour le leadership des musulmans. Mais selon @wikibaghdady, il s'agirait d'Ibrahim Awwad ben Armoush, né à Samarra et non pas à Bagdad. Des milliers de tweets donnent des détails croustillants sur d'autres chefs de l'organisation, dont des membres de son instance suprême, le Conseil de la Choura. Des informations qui ont, sans doute, fait le bonheur des services de renseignements du monde entier.

Pas d'authenticité prouvée, mais un compte bien informé

Evidemment, il est très difficile d'en vérifier l'authenticité. Mais les faits sur le terrain ont souvent confirmé les révélations de @wikibaghdady. Il y a quelques semaines, le compte a fait état d'une alliance entre l'EIIL et les partisans de Saddam Hussein, arrangée par le bras droit d'Abou Bakr al-Baghdadi, un colonel de l'armée de l'ancien président irakien, dénommé Hajj Bakr. Les récents développements en Irak ont corroboré ces fuites : ainsi la ville de Mossoul a été livrée aux jihadistes par les partisans de Saddam Hussein, dans le cadre d'un plan minutieusement préparé depuis longtemps. Le 13 juin, trois jours après l'offensive de l'EIIL, le compte attribuait un rôle important à Izzat Ibrahim al-Douri. Là aussi, les faits ont été confirmés sur le terrain, où les partisans de l'ancien numéro 2 de Saddam Hussein combattent côte à côte avec les jihadistes.

Des soupçons sur le Front al-Nosra

On sait peu de choses sur l’identité des administrateurs de ce compte, mais beaucoup sur leurs affinités idéologiques. Ceux qui alimentent ce compte sont résolument des islamistes, très bien informés des rouages et des méthodes de l'EIIL, sans doute des anciens de l'organisation. Les soupçons des experts se tournent vers le Front al-Nosra, le jumeau-ennemi de l'EIIL, reconnu par Ayman al-Zawahiri comme la branche officielle d'al-Qaïda en Syrie. Le chef d'al-Nosra, Abou Mohammad al-Joulani, avait été envoyé par Abou Bakr al-Baghdadi en Syrie pour créer le noyau d'al-Qaïda. Le disciple s'est ensuite retourné contre son maître. D'ailleurs, la date de la création du compte @wikibaghdady coïncide avec le divorce entre l'EIIL et Ayman al-Zawahiri. Aujourd'hui, les deux organisations se disputent la légitimité du «jihad» à coup de massacres, mais aussi à travers une guerre de la communication, qui a pour terrain Internet.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail