Irak

Irak: Obama déploie ses soldats pour épauler Nouri al-Maliki

Des combattants de l'EIIL célèbrent leur victoire sur un véhicule pris à la police irakienne, ce 23 juin 2014.
Des combattants de l'EIIL célèbrent leur victoire sur un véhicule pris à la police irakienne, ce 23 juin 2014. REUTERS/Stringer

Leur déploiement avait été annoncé par Barack Obama : les premiers conseillers militaires américains ont commencé leur mission en Irak le mardi 24 juin. Leur mission : épauler les forces gouvernementales irakiennes dans leur lutte contre les insurgés sunnites. Ils sont actuellement 130 et doivent être 300 d'ici quelques jours.

Publicité

Que les soldats américains déployés en Irak soient appelés conseillers militaires relève avant tout de la rhétorique politique. En réalité, ils représentent l'élite de l'armée américaine. Il s'agit de membres des forces spéciales, les Navy Seals, ainsi que d'analystes du renseignement et d'experts en logistique.

Leur mission : faire en sorte que l'armée irakienne soit en état de combattre elle-même les insurgés sunnites. Pour cela, ces « conseillers » ne seront pas déployés sur le front mais agiront sur le plan stratégique : premièrement, les Américains formeront six équipes d'experts, censées évaluer l'état de l’armée irakienne afin de l'améliorer. Deuxièmement, les conseillers militaires doivent recueillir un maximum de renseignement sur les insurgés, renseignements qui seront partagés avec les autorités irakiennes.

30 à 35 vols de reconnaissance

Pour cela, les Américains effectuent d'ores et déjà quotidiennement 30 à 35 vols de reconnaissance au-dessus de l'Irak, aussi bien avec des avions qu'avec des drones. Ces renseignements doivent aussi permettre de définir des cibles pour d'éventuelles frappes aériennes américaines.

Et enfin, des centres d'opérations conjoints avec les forces irakiennes seront mis en place. Pour Barack Obama, forcé à réagir face à la menace EIIL, l'envoi de ces conseillers militaires en Irak est la solution la moins pire, bien que de nombreux analystes militaires mettent déjà en doute son efficacité.

Des membres des forces de sécurité irakiennes patrouillent à l'ouest de Bagdad, le 24 juin.
Des membres des forces de sécurité irakiennes patrouillent à l'ouest de Bagdad, le 24 juin. REUTERS/Ahmed Saad

Entente locale avec al-Qaïda

Les membres historiques de Jabhat al-Nosra, qui ont un vrai parcours jihadiste, sont en train de faire allégeance à l'EIIL...

Romain Caillet

Sur le terrain, les jihadistes irakiens se sont ouvert une voie vers la Syrie grâce à une entente locale avec al-Qaïda. En s'emparant du poste-frontière de Boukamal, pendant syrien du poste-frontière d'Al-Qaïm qu'ils contrôlent déjà, les combattants de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) progressent dans leur objectif de fonder un Etat islamique situé dans un espace à cheval entre Syrie et Irak. Ce 25 juin, les insurgés dominent Mossoul, la deuxième ville d'Irak, une vaste partie de sa province Ninive (nord), de Tikrit ainsi que d'autres secteurs des provinces de Salaheddine (nord), Diyala (est), Kirkouk (nord), et Al-Anbar (ouest).

Nouri al-Maliki, une partie du problème ?

Politiquement, le Premier ministre irakien a du mal à déléguer ses pouvoirs et à surmonter sa répugnance à négocier avec les représentants de la communauté sunnite. Pourtant, tout le monde est unanime : seul un accord politique qui n'excluerait plus les sunnites des institutions et de l'Etat irakien permettrait de mettre fin aux hostilités.

Réponse de Nouri al-Maliki, « l'appel à la formation d'un gouvernement national d'urgence est un coup contre la Constitution et le processus politique ». Vainqueur des élections législatives d'avril 2014, le parti du Premier ministre ne peut, pourtant, à lui seul, former un gouvernement tout court : il doit contracter des alliances.

En attendant, Nouri al-Maliki continue d'être non seulement Premier ministre, ministre de l'Intérieur et ministre de la Défense d'Irak. Beaucoup, dans ces conditions, estiment que Nouri al-Maliki fait désormais partie du problème et non de la solution.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail