Israël

Meurtre des 3 étudiants: Israël évalue l'ampleur de sa riposte

Les amis et parents de l'un des trois jeunes, Gil-Ad Shaer, lors de son enterrement dans la colonie de Talmon en Cisjordanie, le 1er juillet 2014.
Les amis et parents de l'un des trois jeunes, Gil-Ad Shaer, lors de son enterrement dans la colonie de Talmon en Cisjordanie, le 1er juillet 2014. REUTERS/Ronen Zvulun
Texte par : RFI Suivre
8 mn

Après l'annonce lundi du décès des trois jeunes israéliens disparus il y a trois semaines en Cisjordanie occupée, les autorités continuent leur traque pour retrouver les deux suspects, deux Palestiniens de Hébron qui seraient liés au Hamas. L’aviation israélienne a détruit ce mardi matin une trentaine de cibles, des camps d’entraînement du Hamas notamment.

Publicité

Avec notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon

Les trois jeunes, étudiants d'écoles religieuses de colonies juives, Eyal Yifrach, 19 ans, Naftali Frankel et Gilad Shaer, 16 ans tous les deux, ont été retrouvés morts lundi aux environs de la localité de Halhoul, près de la route où ils ont été vus pour la dernière fois faisant de l'auto-stop dans le sud de la Cisjordanie occupée. Leur rapt n'a fait l'objet d'aucune revendication jugée crédible. Les corps des trois jeunes ont été remis dans l'après-midi aux familles dans les localités d'où ils étaient originaires. Ils seront ensuite inhumés en privé après des éloges de Benyamin Netanyahu et de Shimon Peres.

Des dizaines de milliers de personnes ont assisté à ces obsèques, en plein air, dans le petit cimetière de Modiin, entre Jérusalem et Tel Aviv. Beaucoup de colons, de religieux, des jeunes et aussi des soldats, ont entonné des chants au passage du cortège funéraire amenant les corps des trois adolescents. Beaucoup d’émotion, et quelques évanouissements dus à la chaleur et à la foule compacte. La disparition des trois jeunes a provoqué une onde de choc en Israël.

Chacun se sent personnellement concerné. Moi aussi, en faisant partie de ce peuple juif, peuple unique en son genre, je voulais venir.

Une foule aux funérailles des trois adolescents

Le Premier ministre Benyamin Netanyahu était là, accompagné par tout son gouvernement. Il s’est exprimé, derrière une vitre blindée, pour condamner les assassins qui ont « piétiné le commandement moral qui veut que l’on ne touche pas à des enfants ». Les trois adolescents âgés de 16 à 19 ans avaient disparu il y a près de trois semaines, alors qu’ils quittaient leur école religieuse dans une colonie de Cisjordanie.

La famille Qawasmeh sans nouvelle de Marwan et ses frères

Israël a désigné deux suspects, deux Palestiniens de Hebron, qui seraient liés au Hamas. Le mouvement islamiste a toutefois démenti être derrière l’enlèvement des trois jeunes. Marwan Qawashmeh est l'un de ces suspects. L’armée israélienne a fait sauter une partie de la maison, à Hebron, une sorte de punition pour les familles de ceux qu’elle considère comme des terroristes.

Toute la famille s'est réunie autour de ce qu’il reste de la demeure familiale. Hosni Qawasmeh est le beau frère de Marwan, l’un des deux suspects dans l’enlèvement des trois Israéliens. Il assure ne pas savoir où il est : « Demandez à l’armée ! Nous pensons que l’armée est venue ici et à pris Marwan, comme ses frères. Et nous ne savons pas ce qu’ils sont devenus. »

Les frères Qawasmeh ont en effet été arrêtés très peu de temps après la disparition de Marwan. Marwan, dont Hosni dresse un portrait flatteur : « Il est gentil, et il aurait eu un enfant dans un mois. Je ne crois pas à cette histoire d’enlèvement. Netanyahu ment totalement. »

La famille Qawasmeh assure que Marwan n’a pas d’activité liée au Hamas. Même si le mouvement islamiste est associé à cette famille. Un de ses membres, Abdullah Qawasmeh, était le chef de la branche armée du Hamas à Hebron. Il a été éliminé par les Israéliens en 2003.

La colère d'Israël contre le Hamas

Mais de son côté, le gouvernement israélien calcule actuellement l'ampleur de ses représailles. Malgré l'immense émotion provoquée dans l'opinion, les appels se sont multipliés à l'étranger comme en Israël exhortant le Premier ministre Benyamin Netanyahu à garder la tête froide, tablant sur des opérations ciblées et limitées. « Nous considérons le Hamas comme responsable de l'enlèvement et du meurtre des jeunes et nous savons comment régler nos comptes avec eux », a déclaré le ministre de la Défense Moshé Yaalon, en ajoutant que la traque des ravisseurs se poursuivait.

Benyamin Netanyahu a promis de « faire payer le Hamas », son gouvernement considérant que les ravisseurs ont agi, sinon sur ordre, conformément à la ligne de la direction du mouvement islamiste Hamas. Le Hamas, qui a nié être impliqué dans le rapt mais a salué l'opération, a averti que si Israël « se lançait dans une guerre ou une escalade, il ouvrirait les portes de l'enfer ». « L'occupant (israélien) cherche à exploiter cette histoire pour partir en guerre contre notre peuple, la résistance et le Hamas », a déclaré un porte-parole du mouvement. Benyamin Netanyahu cherche peut-être aussi à dédouaner ses services de police, lesquels n'ont pas donné suite à l'appel de l'un des trois jeunes enlevés, qui les prévenaient du rapt.

La police n'avait pas donné suite à l'appel au secours des jeunes enlevés

Au moment où avaient lieu les funérailles des trois jeunes israéliens, les médias du pays ont diffusé un enregistrement de l'appel téléphonique que les victimes ont tenté de passer à la police dans les minutes qui ont suivi leur kidnapping. On entend l'un des jeunes chuchoter « j'ai été enlevé » puis les cris des ravisseurs ordonnant aux otages de baisser la tête et enfin des coups de feu.
Cet appel au secours suscite une polémique en Israël, car la police n'y a pas donné suite et plusieurs heures ont été perdues avant que l'armée ne commence les recherches.
Toujours selon les médias israéliens, les services de renseignements estiment que les jeunes ont été tués dès leur enlèvement. Une thèse que semble accréditer la présence de douilles dans la voiture qui a servi aux ravisseurs.
Reste une question sans réponse : les auteurs du kidnapping avaient-ils prévu de tuer rapidement les trois jeunes ou s'agit-il d'une prise d'otage qui a mal tourné?
Les noms et les portraits de deux Palestiniens actuellement en fuite, présumés être les meurtriers des trois jeunes Israéliens, ont été diffusés. Le gouvernement israélien évalue toujours la nature des représailles.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail