Israël / Territoires palestineins

Palestinien tué: trois des suspects juifs seraient passés aux aveux

Les funérailles du jeune Palestinien assassiné, Mohamed Abou Khdeir, dans la banlieue de Jérusalem, le 4 juillet 2014.
Les funérailles du jeune Palestinien assassiné, Mohamed Abou Khdeir, dans la banlieue de Jérusalem, le 4 juillet 2014. REUTERS/Ammar Awad
Texte par : RFI Suivre
6 mn

Il s'appelait Mohamed Abou Khdeir et était âgé de 16 ans. Il avait été enlevé le 2 juillet dans le quartier de Chouafat, à Jérusalem-Est. Son cadavre entièrement brûlé, selon l'avocat de la famille, a été retrouvé quelques heures plus tard près d'une forêt dans la partie ouest de la ville. Un assassinat qui a mis le feu aux poudres dans les Territoires palestiniens. Six suspects ont été arrêtés dimanche par la police israélienne et ce lundi matin 7 juillet, trois d'entre eux auraient avoué. De nombreuses violences sont signalées ce soir dans la bande de Gaza où règne une extrême tension. L’armée de l'Etat hébreu mobilise ses troupes.

Publicité

Avec notre correspondante à Jérusalem,  Murielle Paradon

Selon la presse locale, trois suspects sont passés aux aveux et il y a eu une reconstitution de la scène du crime. Pour l’instant, on a peu d’éléments sur les suspects eux-mêmes, car l’affaire est soumise, ici, à une censure. Ce que l’on peut dire, c’est qu’il s’agirait d’extrémistes juifs, des colons ou des membres d’extrême droite - on ne sait pas encore. Depuis le début, en tout cas, la police penche pour un crime à caractère nationaliste, une vengeance après le meurtre de trois adolescents israéliens. La famille de Mohamed Abou Kheir avait donné un signalement et fourni une vidéo de caméras de surveillance à la police.

La tension est toujours vive, que ce soit à Jérusalem-Est ou dans le nord d’Israël. Des jeunes Palestiniens ont continué à lancer des pierres sur les forces de l’ordre un peu partout la nuit dernière. La mort atroce de Mohamed a suscité beaucoup de colère, mais ils ne sont pas les seuls à être descendus dans la rue. Des extrémistes juifs ont encore manifesté dimanche soir dans Jérusalem aux cris de « mort aux Arabes ! » La tension entre Israéliens et Palestiniens n’est pas retombée.

L’armée israélienne mobilise ses troupes à Gaza

L’armée de l’Etat hébreu se donne la possibilité de rappeler 1 500 réservistes. Elle a déjà mobilisé des troupes la semaine dernière, dans un but défensif pour protéger le sud d’Israël, visé par des roquettes.

Là on pourrait passer à un autre stade. « Le message d’appel au calme il y a quelques jours n’a visiblement pas été entendu par le Hamas, disait tout à l’heure un porte-parole de l’armée. Non seulement le mouvement islamiste n’a pas empêché les tirs de roquettes sur Israël, mais il est directement impliqué ». 50 roquettes auraient été tirées en direction du territoire israélien rien que ce lundi. « C’est une escalade, nous nous tenons donc préparés », a dit ce porte-parole. Déjà ces dernières heures, l’aviation israélienne a frappé Gaza de manière plus intensive, 7 membres du Hamas ont été tués après les raids. Ce soir, un tunnel a été détruit. Il s'agirait ainsi du bilan le plus meurtrier d'une attaque israélienne contre le groupe islamiste depuis le bref conflit qui a opposé le Hamas à Israël pendant huit jours à la fin 2012.

L’armée israélienne se tient donc prête à intervenir plus massivement, elle attend une décision au niveau politique. Aujourd’hui, le cabinet de sécurité se réunissait autour du Premier ministre Benyamin Netanyahu. Dans la soirée de lundi, d'intenses salves de roquettes ont été tirées de Gaza contre des territoires dans le sud d'Israël, sans faire de victime. La branche armée du Hamas les a revendiquées. « Les Brigades Ezzedine al-Qassam ont tiré des dizaines de roquettes contre Netivot, Ashkelon, Ashdod et Ofakim en réponse à l'agression sioniste », peut-on lire dans un communiqué de l'organisation armée du Hamas.

« Colère et amertume envers le peuple juif  »

La dégradation de la situation à Gaza et dans le sud israélien coïncide avec un climat de grande tension dans les villes arabes d'Israël, une communauté qui se plaint de discriminations. Notamment pour l'emploi, l'éducation et la santé. Un sentiment ravivé après la mort du jeune Palestinien Mohamed Abou Khdeir et partagé par Anan Khartabil, un jeune Arabe israélien de Nazareth.

« Il y a beaucoup de colère et d'amertume envers le peuple juif chez les jeunes ici. Ce qui s'est passé à Jérusalem-Est a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Cela a fait exploser tout ce que les gens ont accumulé pendant des années. Je suis un Arabe palestinien de nationalité israélienne, mais mes droits n'ont rien à voir avec ceux d'un juif israélien. Il y a beaucoup de discriminations. Il y a beaucoup d'emplois qu’on ne peut occuper, tout est limité pour les Arabes. Hier, le maire a réuni les jeunes pour qu'ils incitent les enfants à ne pas prendre part au soulèvement et aux destructions que l'on a vues hier et avant-hier. Il a aussi demandé à la police de s'éloigner des quartiers. J'espère qu'on n'assistera pas au même regain de tension. »

Lieberman rompt l’union avec le Likoud de Netanyahu

Le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, un faucon ultranationaliste, a annoncé ce lundi qu'il rompait son alliance politique avec le parti Likoud du Premier ministre Benyamin Netanyahu mais sans pour autant quitter le gouvernement. Il parle de désaccords fondamentaux qui ne permettent plus un travail commun avec le Likoud. Avigdor Lieberman a multiplié les appels à « réoccuper la bande de Gaza » d'où Israël s'est retiré en 2005, plaidant récemment pour « la destruction immédiate des usines de missiles et des infrastructures terroristes à Gaza ».

→ A (RE)LIRE : Les violences s'intensifient entre Israéliens et Palestiniens

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail