Accéder au contenu principal
IRAK

Irak: l'Etat islamique investit les édifices chrétiens

Des religieuses irakiennes à Qaraqosh, au sud-est de Mossoul, le 19 juillet 2014.
Des religieuses irakiennes à Qaraqosh, au sud-est de Mossoul, le 19 juillet 2014. AFP Photo/Safin Hamed
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Irak, l'Etat islamique avait lancé, vendredi 18 juillet, un ultimatum donnant à la minorité chrétienne quelques heures pour quitter Mossoul. Le patriarche chaldéen Louis Sako avait évalué à 35 000 le nombre de chrétiens présents à Mossoul avant le début de l'offensive de l'EI. Presque tous ont fui la ville avant l'expiration de l'ultimatum, selon lui. En tout cas, des jihadistes de l'Etat islamique ont pris le contrôle d'un monastère antique dans le nord de l'Irak et chassé ses moines, ont rapporté lundi des témoins et un religieux.

Publicité

Les combattants de l'EI ont fait irruption dimanche dans le monastère de Mar Behnam, abritant une petite communauté de moines syriaques catholiques près de Qaraqosh, une ville majoritairement chrétienne et leur ont enjoint de quitter le lieux. « Vous n'avez plus de place ici, et vous devez quitter les lieux immédiatement », a rapporté un membre du clergé syriaque, citant les insurgés du groupe ultra radical sunnite qui contrôlent Mossoul depuis juin.

Selon lui, les moines ont demandé de pouvoir conserver certaines reliques du monastère mais les jihadistes leur ont ordonné de quitter les lieux à pied et sans rien emporter. D'après des habitants chrétiens de la ville, les moines ont marché plusieurs kilomètres avant d'être pris en charge par des Peshmergas kurdes qui les ont conduits vers Qaraqosh. Neuf moines vivaient dans ce monastère, l'un des lieux de culte les plus anciens et les plus vénérés du christianisme en Irak (LIRE: Irak: les chrétiens de Mossoul cherchent refuge dans les zones sous contrôle kurde)

L'Etat islamique a lancé le 18 juillet un ultimatum donnant à la minorité chrétienne quelques heures pour quitter Mossoul. La semaine dernière, il avait déjà appelé les chrétiens de cette deuxième ville d'Irak, « à se convertir à l'islam, à payer une taxe spéciale ou à quitter la ville », sans quoi ils seraient exécutés.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.