Accéder au contenu principal
Israël / Territoires palestiniens

Le suspect du meurtre des 3 jeunes Israéliens détenu depuis 3 semaines

Benyamin Netanyahu, le 1er juillet 2014 lors des obsèques des trois jeunes israéliens enlevés et tués.
Benyamin Netanyahu, le 1er juillet 2014 lors des obsèques des trois jeunes israéliens enlevés et tués. REUTERS/Baz Ratner
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le cerveau présumé de l'enlèvement puis du meurtre de trois adolescents israéliens a été arrêté, ont annoncé mardi 5 août dans la soirée les autorités israéliennes. L'arrestation remonte en réalité au 11 juillet dernier. Le suspect serait selon Israël membre du Hamas mais l'organisation n'a jamais revendiqué le rapt des trois jeunes Israéliens retrouvés morts fin juin dans le sud de la Cisjordanie. La découverte de leurs corps avait déclenché l'opération israélienne dans la bande de Gaza. L'annonce de cette arrestation, près d'un mois après les faits, interpelle en Cisjordanie jusqu'aux représentants du gouvernement.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Ramallah, Nicolas Ropert

Il aura fallu plus de trois semaines aux autorités israéliennes pour confirmer qu'elles avaient bien arrêté le cerveau présumé de l'enlèvement puis du meurtre des trois adolescents israéliens.

Pour Ziad Abu-Ein, vice-ministre des prisonniers dans le gouvernement palestinien, ce délai est tout sauf une coïncidence : « Jusqu'à maintenant, nous n'avons aucune information. Aucun Palestinien ne peut admettre qu'il soit accusé. Il n'y a que la version israélienne qui prétend cela. Les Israéliens ne montrent aucune preuve. Aucune faction palestinienne, aucun Palestinien n'a revendiqué sa participation dans le kidnapping de ces trois enfants. »

Responsable au sein de l'ONG de prisonniers palestiniens « Adameer », Muhannad al-Azzeh est en contact avec la famille du suspect qui n'a pas pu en savoir davantage. Il dénonce les méthodes israéliennes : « Comment les autorités israéliennes obtiennent des aveux des prisonniers ? En les torturant, en leur donnant de fausses informations. Les services secrets israéliens ont tout un tas de méthode pour les faire parler. La plupart des ces techniques sont illégales. »

Après la disparition des trois adolescents, les forces israéliennes ont arrêté environ 600 Palestiniens dont les deux tiers sont des membres du Hamas. Un coup de filet qui avait déclenché des manifestations parfois violentes en Cisjordanie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.