Accéder au contenu principal
Israël / Territoires palestiniens

Gaza: Israël déterminé à frapper fort le Hamas

Le corps de Mohammed Abou Chamala, commandant du Hamas pour le sud de la bande de Gaza, est porté par des Palestiniens pendant ses funérailles. Rafah, le 21 août 2014.
Le corps de Mohammed Abou Chamala, commandant du Hamas pour le sud de la bande de Gaza, est porté par des Palestiniens pendant ses funérailles. Rafah, le 21 août 2014. REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Les raids israéliens ont repris mardi après l'échec d'un cessez-le-feu et semblent se concentrer désormais sur les dirigeants militaires de l'organisation du Hamas. Trois chefs militaires de l'organisation islamiste ont été tués dans un raid israélien jeudi 21 août, à l'aube. De nouvelles attaques ciblées après l'échec cette semaine d'une opération similaire contre le commandant de la branche militaire du Hamas.

Publicité

Eliminer les cadres des brigades Ezzedine al-Qassam, autrement dit de la branche armée du Hamas, est une stratégie qu'Israël applique depuis longtemps. Le plus souvent il s'agit de tirs aériens, mais parfois aussi d'opérations menées par des militaires israéliens déguisés en Palestiniens.

C'est ainsi que les autorités israéliennes espèrent mettre fin aux tirs de roquettes de Gaza même si, jusqu'à présent, les résultats de cette stratégie sont discutables. Par ailleurs, au début de l'opération « Bordure protectrice », l'entourage du Premier ministre Benyamin Netanyahu a laissé entendre que l'ex-Premier ministre de Gaza Ismail Haniyeh, ainsi que les membres de la branche politique du Hamas ne seraient pas visés par les tentatives de « liquidation ».

Israël veut que l'enclave palestinienne puisse être gouvernée après la fin des hostilités et redoute l'éparpillement des centres de décision. Cela serait probablement synonyme de fuite en avant, avec une multiplication des tirs de roquettes et autres attaques contre le territoire israélien. Toujours est-il que sans solution politique globale, le cycle de la violence risque de durer encore longtemps.

Au 45e jour du conflit, une trentaine de Palestiniens, dont plusieurs enfants, ont été tués ce jeudi dans des raids aériens israéliens dans la bande de Gaza. Ces décès portent à 2 083 le nombre de victimes dans l'enclave palestinienne.

Rencontre entre Mahmoud Abbas et Khaled Mechaal au Qatar

C'est dans ce contexte que le président palestinien Mahmoud Abbas a rencontré ce jeudi au Qatar le chef du Hamas Khaled Mechaal. La discussion devait porter sur la rupture de la trêve entre Israël et les Palestiniens à Gaza. À l’origine, Mahmoud Abbas devait se rendre à Doha lundi soir pour rencontrer l’émir du Qatar. Finalement, il s’y est rendu mercredi soir, après la rupture du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas et il y a donc aussi rencontré le chef en exil du Hamas.

On ne connaît pas les détails de cette rencontre entre Mahmoud Abbas et Khaled Mechaal qui a duré trois heures. Auparavant, l’émir du Qatar avait expliqué qu’il s’agissait de discuter de la situation à Gaza et des « moyens de soutenir le peuple palestinien » face à « la brutale agression israélienne ».

En tout cas, pour le Qatar qui finance le Hamas, organiser cette rencontre c’est aussi le moyen de réaffirmer son importance diplomatique dans les affaires palestiniennes et donc, indirectement, dans le conflit israélo-palestinien. Face à lui, l’Égypte du général Sissi, qui elle soutient le Fatah et joue directement les médiateurs dans le conflit israélo-palestinien. Mais les dernières négociations au Caire, qui devaient transformer le cessez-le-feu en trêve, ont été stoppées mardi après la reprise des combats.

■ Aéroport de Tel Aviv : le Hamas n'a pas mis sa menace à exécution

Le Hamas avait promis de tirer des roquettes sur l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv hier, jeudi. Le mouvement islamiste avait d’ailleurs mis en garde les compagnies aériennes étrangères. Mais aucune alerte n’a été enregistrée. L’activité était habituelle à l’aéroport où s’est rendue notre envoyée spéciale, Murielle Paradon.

Je crois que le pays est bien protégé avec le dôme de fer.

Des passagers sereins

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.