Syrie

Syrie: 43 casques bleus détenus par un groupe armé

La base des Nations unies près de la frontière de Kuneitra entre Israël et la Syrie. Plateau de Golan, le 8 mai 2013.
La base des Nations unies près de la frontière de Kuneitra entre Israël et la Syrie. Plateau de Golan, le 8 mai 2013. REUTERS/Baz Ratner

Les Nations unies ont annoncé ce jeudi 28 août en milieu d'après-midi que 43 casques bleus sont détenus depuis quelques heures par un « groupe armé » sur le plateau du Golan, ce territoire situé dans le sud-ouest de la Syrie.

Publicité

L’ONU confirme simplement que 43 casques bleus sont actuellement détenus sur le plateau du Golan, côté syrien, par des hommes en armes, sans plus de précisions sur leur affiliation, nous rapporte notre correspondant à New York, Karim Lebhour.

Ces 43 Casques bleus appartiennent à l'Undof, la Force de l'ONU chargée de l'observation du désengagement entre la Syrie et Israël sur ce plateau occupé par les Israéliens en 1967 et annexé en 1981. L'Undof compte 1 200 hommes de six pays: l'Inde, Fidji, les Philippines, l'Irlande, les Pays-Bas, et le Népal.

Un porte-parole des Nations unies a précisé que 81 autres soldats de la paix sont « empêchés de quitter leurs positions » près de deux autres localités du Golan. Ni la nationalité des casques bleus détenus ni l'identité du groupe qui les a enlevés n’ont en revanche été communiquées.

Regain d'activisme d'al-Qaïda

C’est la troisième fois que des casques bleus sont kidnappés sur le plateau du Golan, théâtre d’affrontements entre les groupes rebelles et les forces syriennes. Cela s’était déjà produit en mars et en mai 2013. A l’époque, les casques bleus avaient été relâchés au bout de quelques jours. La mission de l’ONU avait été réduite et les déplacements limités.

Cet incident intervient au lendemain de la prise du seul point de passage entre la province syrienne de Kuneitra et le Golan occupé par des rebelles menés par le Front al-Nosra, la branche syrienne d'al-Qaïda, à l’endroit exact où se trouvaient les casques bleus. L'armée syrienne a lancé une contre-offensive pour tenter de déloger les rebelles des positions qu'ils ont occupées, nous indique notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh. Son aviation est entrée en action, pour la première fois, à 200 mètres de la ligne de cessez-le-feu sur le Golan. De son côté, l’ONU a mis ses troupes en état d’alerte avancé.

Le regain d'activisme d'al-Qaïda dans cette province du sud de la Syrie s'explique par l'arrivée dans la région de plusieurs centaines de combattants du Front al-Nosra, chassés de Deir Ezzor, dans l'est du pays, par leurs frères-ennemis de l'Etat islamique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail