Irak

Nouvelle victoire de l'armée irakienne et de ses soutiens contre l'EI

Des combattants kurdes célèbrent la reprise de Souleimane Bek à l'Etat islamique, lundi 1er septembre.
Des combattants kurdes célèbrent la reprise de Souleimane Bek à l'Etat islamique, lundi 1er septembre. REUTERS/Youssef Boudlal

Les forces militaires irakiennes poursuivent leur offensive contre les jihadistes. Après avoir reconquis la cité d’Amerli située à 170 km au nord de Bagdad, une nouvelle prise ce lundi 1er septembre dans la même région : la ville de Souleimane Bek. Les forces irakiennes sont aidées par des combattants kurdes, des milices chiites et les frappes de drones américains.

Publicité

Cette alliance entre forces de sécurité, combattants kurdes et miliciens chiites semble bien fonctionner. Elle oblige en tout cas les jihadistes au repli. La preuve en est avec ces deux victoires de l’armée irakienne en à peine 48h à Amerli et Souleimane Bek. Des victoires assez rares pour être soulignées.

Depuis onze semaines et le lancement de la grande offensive de l’Etat islamique en Irak, l’armée a connu une déroute totale perdant contrôle et souveraineté sur près de la moitié du pays. Mais appuyées désormais par les peshmergas, combattants kurdes, et par les milices chiites, les forces irakiennes gagnent progressivement du terrain. Grâce aussi notamment aux frappes menées par les Etats-Unis.

Les drones américains bombardent, ils ouvrent la voie aux troupes au sol. Des troupes qui doivent rester très prudentes. Selon des responsables irakiens, il ne suffit pas seulement de reprendre les villes aux insurgés, il faut également les sécuriser.

Les jihadistes de l’Etat islamique ne facilitent pas la tâche aux forces irakiennes. La moindre rue, le moindre immeuble peut être piégé. Des engins explosifs sont semés un peu partout à Souleimane Bek.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail