Syrie / ONU

96% des armes chimiques syriennes auraient été détruites, selon l'ONU

La frégate norvégienne «Helge Instad», l'un des navires chargés d'escorter les chargements d'armes chimiques syriennes.
La frégate norvégienne «Helge Instad», l'un des navires chargés d'escorter les chargements d'armes chimiques syriennes. AFP PHOTO/NORWEGIAN ARMED FORCES/Lars Magne Hovtun

Le démantèlement des armes chimiques syriennes est sur le point de s’achever. La mission de l’ONU sera terminée à la fin du mois, mais le Conseil de sécurité s’inquiète de zones d’ombre dans les déclarations syriennes.

Publicité

Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

Près d’un an après l’injonction du Conseil de sécurité à la Syrie de détruire ses armes chimiques, la tâche est pratiquement terminée. 96% des stocks d’agents chimiques ont été détruits par la mission de l’ONU. Pour nombre de diplomates qui tablaient sur la mauvaise volonté de Damas, c’est même une surprise.

Une question demeure cependant : la Syrie a-t-elle vraiment tout déclaré ? Devant le Conseil de sécurité, la coordinatrice de la mission internationale chargée du désarmement chimique syrien Sigrid Kaag s’est inquiétée de discordances dans les rapports syriens. Les responsables syriens ont changé quatre fois leurs déclarations.

Attaques au chlore

L’ambassadrice américaine à l’ONU Samantha Power craint que des stocks cachés ne ressurgissent entre de mauvaises mains : « S'il reste des armes chimiques en Syrie, il y a un risque qu'elles tombent entre les mains de l'Etat islamique. Et on peut imaginer ce qu'un groupe comme celui-ci ferait avec de telles armes. »

Le Conseil de sécurité a également relevé l’usage à répétition par l’armée syrienne d’attaques au chlore. Un produit qui n’est pas considéré comme une arme chimique, très simple à utiliser, et tout aussi meurtrier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail