Yémen

Plusieurs morts dans un attentat suicide anti-chiite au Yémen

Une victime de l'attentat est évacuée, à Sanaa, au Yémen le 9 octobre 2014.
Une victime de l'attentat est évacuée, à Sanaa, au Yémen le 9 octobre 2014. REUTERS/Khaled Abdullah
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Pour le moment, le bilan fait état d'au moins 43 morts dans un attentat à Sanaa, la capitale du Yémen, ce jeudi matin. L'attaque-suicide visait des manifestants chiites sur fond de crise politique majeure dans ce pays.

Publicité

Selon des témoins, l'explosion meurtrière a eu lieu sur une place du centre de la capitale yéménite au moment où les partisans de la rébellion chiite se préparaient à manifester comme ils le font quotidiennement ou presque depuis des semaines. Depuis le 21 septembre dernier, ils ont même pris de fait le contrôle de Sanaa.

Le Yémen est actuellement secoué par la mobilisation de cette minorité zaïdites, une branche du chiisme. Ce mouvement houthiste, du nom de son chef Abdelmalek al-Houthi, a demandé et obtenu ces derniers jours la démission de deux Premiers ministres. Le second a été désigné mardi mais s'est retiré dès le lendemain sous la pression des manifestants chiites.

Un processus de paix fragilisé

Ce sont ces derniers qui viennent d'être frappés. Depuis des années, le Yémen est aussi le théâtre d'attentats revendiqués par Aqpa, la branche locale d'al-Qaïda, qui a promis de lutter « sans merci » contre la rébellion chiite. En l'absence de revendication, on ne peut formuler qu'une hypothèse sur le lien entre cette menace et l'attaque de ce jeudi.

La seule certitude, c'est que le Yémen et son fragile processus de transition politique entamé après le soulèvement de 2011 sont aujourd'hui au bord du gouffre, sur fond de lutte sanglante entre les chiites et les sunnites dans toute la région.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail