Turquie / Syrie

L'armée turque bombarde des positions du PKK

Un combattant du PKK dans les montagnes turques, à proximité de la frontière avec l’Irak (2013).
Un combattant du PKK dans les montagnes turques, à proximité de la frontière avec l’Irak (2013). AFP PHOTO/FIRAT NEWS AGENCY/STR
Texte par : RFI Suivre
4 mn

L’aviation turque a bombardé lundi soir 13 octobre des objectifs du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le sud-est de la Turquie, a annoncé ce mardi matin l’état-major, ce qui constitue une première alors qu’un cessez-le-feu est en vigueur depuis mars 2013 entre Ankara et la rébellion kurde. Une opération qui n’est pas sans lien avec la situation à Kobané, à la frontière turco-syrienne, où les Kurdes sont assiégés par les jihadistes du groupe Etat islamique, et qui pourrait mettre en péril le processus de paix entre le PKK et le gouvernement turc.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion,et notre envoyé spécial à Diyarbakir, Daniel Vallot

Cela faisait trois jours - depuis samedi - qu’un poste militaire avancé, situé en pleine montagne, sur la frontière avec l’Irak, était visé par des tirs de mitrailleuse et de roquette, sans faire de victime. L'état-major turc a donc lancé ses bombardiers pour frapper des positions du PKK, leur infligeant des pertes « substantielles », selon un communiqué.

La Turquie affirme avoir répondu à une agression de la rébellion kurde, qui aurait attaqué un poste de police situé dans le secteur. De son côté, le PKK affirme que l’armée turque a ouvert les hostilités.

Depuis lundi soir, des avions de chasse décollent à intervalles réguliers depuis Diyarbakir, en direction de la frontière irakienne. Notre envoyé spécial a également constaté de très nombreuses rotations d’hélicoptères de l’armée turque, signe tangible d’un regain de tension dans la région.

La rébellion a lancé un ultimatum

Alors que le monde entier attend de la Turquie qu’elle envoie des avions de chasse en Syrie pour pilonner l’organisation Etat islamique, elle utilise sa force de frappe pour viser les positions kurdes du PKK près de la frontière irakienne. Le processus de paix entamé il y a deux ans entre le PKK et le gouvernement turc est en train de prendre l’eau. A Diyarbakir, les Kurdes de Turquie en sont convaincus : l’objectif prioritaire d’Ankara aujourd’hui est bien de mettre au pas les forces du PKK et leurs alliés syriens qui se battent toujours à Kobane, et certainement pas de contenir l’avancée de l’organisation Etat islamique.

Cette opération contre la rébellion est la première depuis plusieurs années. Depuis 18 mois, un processus de résolution du conflit kurde est engagé avec Ankara. Ces négociations de paix avec la rébellion piétinaient depuis quelque temps il est vrai ; elles ont, en plus, été mises à mal par l’embargo de la Turquie sur la ville de Kobane, où les Kurdes du PYD, alliés du PKK, sont menacés par l’avancée des jihadistes de l'organisation Etat islamique.

La semaine dernière, le leader de la rébellion Abdullah Ocalan avait posé comme ultimatum la date du 15 octobre - donc ce mercredi -, pour donner des garanties de poursuite des négociations de paix, faute de quoi la feuille de route serait abandonnée et plus rien ne pourrait empêcher la reprise de la lutte armée. Une éventualité chaque jour plus probable, alors que les militants armés qui avaient quitté le territoire turc l’an dernier ont été renvoyés dans le maquis il y a quelques jours, prêts à reprendre les armes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail