Accéder au contenu principal
Irak/Iran

Irak et Iran se coordonnent pour lutter contre le groupe EI

Menacés par les jihadistes, les yézidis fuient la ville de Sinjar, dans le nord de l'Irak, aidés par les forces de défense populaire kurdes (YPG).
Menacés par les jihadistes, les yézidis fuient la ville de Sinjar, dans le nord de l'Irak, aidés par les forces de défense populaire kurdes (YPG). REUTERS/Rodi Said/Files
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Ce lundi, le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi est en déplacement en Iran. L'objectif : mieux coordonner la lutte contre l'organisation Etat islamique. Le groupe terroriste contrôle de larges secteurs dans cinq provinces irakiennes, dont celle de Diyala, située à la frontière de l'Iran.

Publicité

Pour combattre les jihadistes de l'Etat islamique, l'Irak a besoin de tout le monde, notamment des pays de la région. Et si en Iran, Haïdar al-Abadi souhaite aussi renforcer les liens avec Téhéran dans les domaines de l'énergie, du logement et de la construction, il sera avant tout question de la lutte commune contre l'organisation terroriste.

En effet, des brigades iraniennes combattent d'ores et déjà l'organisation Etat islamique dans différentes régions irakiennes. Ainsi, les gardiens de la révolution ont été déployés dans la région de Khanaqin, près de la frontière Iran-Irak. Ils assurent aussi la défense de la ville de Samarra, où est situé un important mausolée chiite, et - alliés à l'armée irakienne - ils protègent aujourd'hui Bagdad d'une éventuelle attaque des jihadistes.

Cette collaboration entre Téhéran et Bagdad ne date pas de cet été, quand l'organisation EI a lancé son offensive en Irak. Depuis la chute de Saddam Hussein en 2003 déjà, l'Iran chiite soutient les chiites irakiens. Une alliance que l'ennemi commun, le groupe Etat islamique, ne fait que renforcer.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.