Moyen-Orient

Jérusalem: une voiture fonce sur un arrêt de tramway, un bébé tué

La police israélienne sur le lieu où une voiture à tué un bébé et fait plusieurs blessés à un arrêt de tramway, à Jérusalem,  le 22 octobre 2014. Une «attaque terroriste», selon le gouvernement israélien.
La police israélienne sur le lieu où une voiture à tué un bébé et fait plusieurs blessés à un arrêt de tramway, à Jérusalem, le 22 octobre 2014. Une «attaque terroriste», selon le gouvernement israélien. REUTERS/Baz Ratner

A Jérusalem, un bébé a été tué et 6 autres personnes blessées, mercredi 22 octobre, par une voiture à un arrêt de tramway. Le gouvernement israélien parle d’une attaque terroriste et a accusé le conducteur, un Palestinien de Jérusalem-Est, d’être membre du Hamas. L'homme a succombé à ses blessures, selon une porte-parole de l'hôpital Shaarei Tsedek de Jérusalem.

Publicité

Avec notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon

La voiture a fauché un groupe de personnes devant un arrêt de tramway de Jérusalem, à un carrefour entre quartiers juifs et arabes de la ville. Selon la police, le conducteur a ensuite heurté un poteau et a essayé de s’enfuir à pied, mais il a été stoppé par un agent qui lui a tiré dessus, le quartier général de la police se trouvant juste à côté.

Pour le gouvernement israélien, il s’agit là d’une attaque terroriste. Il a même affirmé que le conducteur de la voiture était un membre du Hamas, le parti islamiste contre qui Israël s’est battu à Gaza l’été dernier.

Le suspect serait un Palestinien originaire de Silwan à Jérusalem-Est, un quartier en proie aux affrontements ces derniers jours, à cause de l’installation répétée de colons israéliens au milieu de la population arabe. L'homme a succombé à ses blessures, selon une porte-parole de l'hôpital Shaarei Tsedek de Jérusalem.

Mercredi soir, la police sillonnait la ville. Les autorités ont annoncé un renforcement de la sécurité à Jérusalem, alors que la situation était déjà tendue depuis plusieurs semaines. 

Les Etats-Unis condamnent

Washington a fermement condamné mercredi soir cet attentat « terroriste ». Dans un communiqué, la porte-parole du département d'Etat, Jennifer Psaki, a adressé ses condoléances « à la famille du bébé, semble-t-il un citoyen américain, qui a été tué dans cet attentat abject ». « Nous pressons toutes les parties de maintenir le calme et d'éviter une escalade des tensions », a-t-elle ajouté.

Le tramway circule à nouveau quelques heures après le drame. A la station où la voiture a fauché une dizaine de personnes, il y a Moshé un jeune ultra-orthodoxe vêtu de noir. Il dit ne pas être surpris par ce qu’il qualifie d’« attaque terroriste ». « Je savais que quelque chose allait se passer un jour avec le tramway, j’avais peur de monter dedans. Et voilà, c’est arrivé… C’est à cause des Arabes, qui sont des fauteurs de troubles », explique-t-il.

Le tramway de Jérusalem a déjà été la cible d’attaques parce qu’il sert notamment à transporter les colons israéliens vers les quartiers palestiniens qu’ils investissent. Mais les violences se sont multipliées de manière générale à Jérusalem ces derniers mois, comme l’explique Yitzhak : « C'est vrai que ces trois derniers mois ont été particulièrement tendus. Mais moi, j’ai toujours vécu cela. J’ai 20 ans. Quand j’étais enfant, il y avait la deuxième intifada. Alors on s’habitue… »

Les autorités israéliennes ont décidé de renforcer la sécurité à Jérusalem. La police est visible à presque chaque carrefour. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail