Accéder au contenu principal
EI

L’assassinat de Peter Kassig écœure les internautes

Peter Kassig, à la frontière syrienne, entre 2012 et 2013.
Peter Kassig, à la frontière syrienne, entre 2012 et 2013. Handout / Kassig Family handout / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 min

Après l'exécution de l'otage américain Peter Kassig et d'au moins 17 autres personnes, c’est le mot « écœurement » qui revient le plus souvent sur les réseaux sociaux...

Publicité

Ces meurtres à répétitions, filmés puis diffusés sur la toile, ont pour principal objectif de terroriser les internautes. Et dans certain un sens, tous ces messages de sang qui distillent la haine et la peur sur la toile, ont complètement raté leur but. L’écœurement et la colère se sont emparés des internautes dès la confirmation ce dimanche de l’assassinat de Peter Kassig et du massacre d'au moins 17 otages présentés comme des soldats syriens.

Les parents de Peter appelaient les médias et les internautes à ne pas reprendre ces images sur le web. Cette demande a été en grande partie respectée et il semble que les vidéos sanglantes du groupe Etat islamique circulent de plus en plus difficilement sur internet.

« Nous avons le cœur brisé d'apprendre que notre fils a perdu la vie à cause de son amour pour le peuple syrien », tweetent ses parents.

« Nous préférons que notre fils reste dans les mémoires pour l'importance de son travail humanitaire et l'amour qu'il portait à sa famille et à ses amis, et non que les preneurs d'otage s'en servent pour faire progresser leur cause», ont-ils ajouté sur Facebook.

«Lâches et salauds»

Les internautes ont respecté cette volonté en publiant en masse les photos des missions humanitaires que le jeune homme avait effectuées. Leurs messages, en revanche, expriment de la colère. « Inhumain, horrible, je ne trouve aucun mot fort pour signifier ma révolte... », écrit un internaute. «Peter Kassig s’était converti à l'islam, Ils le savaient et l’ont tué quand même», s’indigne un autre.

Les mots-clés autour du nom de Peter Kassig témoignent depuis dimanche de l’exaspération qui s’est emparée des réseaux sociaux face à cette « abomination », en qualifiant au passage les assassins de « lâches » et de « salauds ». De nombreux messages de réconfort sont également adressés à la famille ; « soutiens aux proches », « sincères condoléances aux parents et aux amis ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.