Iran / Nucléaire

Nucléaire iranien: sprint final pour arracher un accord

Vendredi, le secrétaire d’Etat américain John Kerry (photo) et le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif se sont rencontrés à plusieurs reprises.
Vendredi, le secrétaire d’Etat américain John Kerry (photo) et le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif se sont rencontrés à plusieurs reprises. REUTERS/Leonhard Foeger

Les négociations sur le nucléaire iranien entrent ce week-end dans leur dernière ligne droite alors qu’il reste moins de trois jours pour parvenir à un accord. La journée de vendredi a été très politique avec la présence de cinq chefs de la diplomatie venus sortir les pourparlers de l’impasse. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry et le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif se sont rencontrés à plusieurs reprises.

Publicité

Avec notre correspondant à Vienne, Nathanaël Vittrant

La journée de vendredi a été très politique. Elle a surtout été marquée par des changements de programme à répétition. Initialement, le programme était clair. Les ministres devaient se retrouver à Vienne pour une suite d’entretiens. Puis, le Britannique Philip Hammond repartirait pour Londres. L’Iranien Javad Zarif s’envolerait pour Téhéran. Le Français Laurent Fabius et l’Américain John Kerry retourneraient à Paris.

Au final, seul le ministre des Affaires étrangères britannique a rejoint sa capitale vendredi soir. Le secrétaire d’Etat américain a multiplié les entretiens vendredi - notamment avec son homologue iranien - au point de finalement passer la nuit à Vienne, tout comme Laurent Fabius.

De ce qui se dit derrière les portes fermées du palais Coburg, il ne filtre pas grand-chose. Les diplomates expérimentés disent que c’est généralement bon signe. Les discussions devraient porter sur les deux points clés qui bloquent encore : le nombre de centrifugeuses que les Iraniens seront autorisés à conserver et le rythme auquel les sanctions seront levées mais on en est réduit à faire des spéculations. Les optimistes veulent voir dans ces chamboulements diplomatiques un signe que les négociations progressent réellement.

Les pessimistes soulignent qu’il reste encore beaucoup de points à régler d’ici lundi. Et les petites phrases, il est vrai, sont là pour tempérer les espoirs : « D'importantes divergences demeurent », a ainsi souligné le porte-parole de la Maison-Blanche, Eric Schultz. Mohammad Javad Zarif a précisé de son côté que certaines « discussions importantes » n’avaient pas abouti à une « proposition notable méritant d’être apportée à Téhéran ».

Après les politiques hier, experts et diplomates devraient prendre le relais ce samedi, peut-être sur de nouvelles bases.

En Autriche, les intenses négociations se déroulent ainsi depuis cinq jours pour tenter de trouver un accord sur le dossier nucléaire iranien. Ce dossier empoisonne depuis des années les relations entre l’Occident et l’Iran qui est soumis à un embargo. Il y a plusieurs mois, la date butoir pour trouver un accord a été fixée au 24 novembre, soit lundi.

→ A (RE) LIRE : Nucléaire iranien: négociations à couteaux tirés à Vienne

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry (d.) et le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif (g.) le 20 novembre à Vienne en présence de Catherine Asthon, la représentante de l'Union européenne.
Le secrétaire d’Etat américain John Kerry (d.) et le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif (g.) le 20 novembre à Vienne en présence de Catherine Asthon, la représentante de l'Union européenne. REUTERS/Leonhard Foeger

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail