Accéder au contenu principal
Turquie/Syrie

200 000 Kurdes de Syrie et d'Irak ont fui vers la Turquie

Afflux de réfugiés syriens kurdes à la frontière avec la Turquie. Ils fuient Kobane. Le 27/09/14.
Afflux de réfugiés syriens kurdes à la frontière avec la Turquie. Ils fuient Kobane. Le 27/09/14. REUTERS/Murad Sezer
Texte par : RFI Suivre
2 min

La Turquie était déjà le premier pays d’accueil des réfugiés syriens, avec 2 millions de personnes vivant dans des camps ou des logements privés. Depuis l’offensive des jihadistes de l’Etat islamique en août, elle héberge également des Kurdes d’Irak et de Syrie. Ils ne sont pas forcément toujours les bienvenus, mais ils sont de plus en plus nombreux.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

Le chiffre donné par l'AFAD, la Direction de gestion des crises et catastrophes naturelles de gestion des crises et catastrophes naturelles, comptabilise officiellement 200 000 Kurdes qui ont fui en Turquie le siège et l’assaut du canton de Kobane par les Islamistes depuis septembre. Mais, ce chiffre est sans doute très en dessous de la réalité, en raison des entrées clandestines qui peuvent être estimées à quelque 50 000 autres personnes.

Bien qu'accueillis très majoritairement par les mairies et la population locale kurde, ces réfugiés restent trop souvent indésirables aux yeux des autorités turques, qui avaient réservé un peu le même sort aux réfugiés de l’invasion du Sinjar, en août dernier. Au moins 100 000 Kurdes yézidis avaient ainsi pu s’installer en Turquie mais illégalement et sous la seule protection des mairies kurdes du sud-est du pays.

En effet, dans les provinces limitrophes de Kobane, à Maras, il y a une dizaine de jours et ce week-end encore à Urfa, les gouverneurs ont fait savoir qu’ils ne souhaitaient pas recevoir ces nouveaux migrants kurdes sur leur territoire. Ils ont vidé ou refusé leur installation dans de nouveaux campements.

Depuis le printemps 2011, la Turquie a reçu près de 2 millions et demi de réfugiés, en donnant la part belle aux populations arabes et turkmènes sunnites. Mais, les Kurdes restent nettement en marge de l’assistance d’Ankara.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.