Accéder au contenu principal
Arabie saoudite

La chute des cours du pétrole plombe l'Arabie saoudite

Le ministre saoudien du Pétrole Ali al-Naimi face aux journalistes au siège de l'Opep à Vienne, le 27 novembre 2014.
Le ministre saoudien du Pétrole Ali al-Naimi face aux journalistes au siège de l'Opep à Vienne, le 27 novembre 2014. REUTERS/Heinz-Peter Bader
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le prix du baril de pétrole a perdu 50% de sa valeur depuis juin dernier. Les pays producteurs se préparent à une année budgétaire difficile en 2015. C'est le cas de l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, qui prévoit un déficit important de son budget annuel à cause de l'effondrement des cours.

Publicité

L'Arabie saoudite prévoit un déficit historique de 38,6 milliards de dollars en 2015. C'est à la fois le plus important jamais estimé par l'Arabie saoudite et le premier depuis 2011. Lors d'un conseil extraordinaire, le gouvernement a cependant prévu un budget en hausse, malgré une baisse prévisible des recettes : quelque 37 milliards de dollars par rapport aux prévisions budgétaires de 2014.

Ce recul s'explique par la chute des cours du pétrole, dont le barril a perdu la moitié de sa valeur depuis juin. Il y a eu en effet une surabondance de pétrole, avec en parallèle un ralentissement de la demande mondiale à cause d'une croissance internationale faible, et d'un dollar fort.

Si le prix du pétrole, 60 dollars pour le baril de Brent, ne remonte pas, le royaume - qui tire 90% de ses revenus de « l'or noir » - risque de perdre la moitié de cette manne. En 2013, elle s'élevait à 276 milliards de dollars. Malgré cela, le gouvernement n'a pas l'intention de ralentir le rythme des dépenses publiques. Il peut compter sur les réserves en devises du pays en cas de vache maigre : 750 milliards de dollars.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.