Accéder au contenu principal
Territoires palestiniens

Territoires palestiniens: le procès de Mohammed Dahlan encore repoussé

Des soutiens de l'ancien chef du Fatah, Mohammed Dahlan, lors d'une manifestation contre le président Mahmoud Abbas, le 18 décembre 2014 à Gaza.
Des soutiens de l'ancien chef du Fatah, Mohammed Dahlan, lors d'une manifestation contre le président Mahmoud Abbas, le 18 décembre 2014 à Gaza. REUTERS/Mohammed Salem
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'ancien chef des services de sécurité palestinien, en exil volontaire depuis 2011, est accusé par le pouvoir actuel d'avoir détourné à son profit plusieurs millions d'euros. Une accusation que conteste Mohammed Dahlan qui ne s'est pas présenté dimanche matin à Ramallah. Son procès a une nouvelle fois été renvoyé.

Publicité

Avec notre correspondant à Ramallah, Nicolas Ropert

Après deux reports, l'ouverture du procès de Mohammed Dahlan pour corruption devrait avoir lieu le 22 janvier prochain. L'avocat palestinien de l'ancien responsable des services de sécurité de la bande de Gaza dénonce un procès politique : « Nous n'avons toujours pas accès au dossier malgré nos demandes », explique à RFI Salameh Halaseh, joint par téléphone. Il se dit persuadé que ces reports multiples sont la preuve qu'il n'y a rien dans l'accusation.

De son côté, la justice palestinienne assure que la procédure suit son cours normalement. Le pouvoir actuel met en avant l'indépendance des institutions judiciaires qui doivent pouvoir juger tout le monde.

Rumeurs de retour à Gaza

La défense laisse entendre qu'elle utilisera cette tribune pour attaquer le gouvernement et l'actuel président, Mahmoud Abbas. L'ancien mentor de Mohammed Dahlan est aujourd'hui devenu son bourreau. C'est lui qui l'a fait exclure du Fatah en 2011 avant de le faire condamner pour diffamation en mai 2014.

Ces dernières semaines, plusieurs médias locaux laissaient entendre que l'ancien homme fort de Gaza pourrait revenir dans l'enclave palestinienne à la suite d'un accord avec le Hamas. Les partisans de Mohammed Dahlan et le parti islamiste ont démenti s'être entendu de la sorte. Avant son départ, l'ancien chef des services de sécurité était pressenti pour succéder à Mahmoud Abbas.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.