Liban

Liban: la police démantèle «l'émirat jihadiste» dans la prison de Roumieh

Vue générale de la prison libanaise de Roumieh, le 12 janvier 2015.
Vue générale de la prison libanaise de Roumieh, le 12 janvier 2015. REUTERS/Mohamed Azakir

La police libanaise est intervenue lundi dans la plus grande prison du pays, où selon les autorités des détenus ont «coordonné» à l'aide de leur portable un double attentat dans une ville du nord la semaine dernière. L'opération policière intervient deux jours après une double attaque suicide qui a fait neuf morts à Tripoli, la grande ville du nord du Liban minée par des violences communautaires liées au conflit en Syrie voisine.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Le bâtiment B de la prison de Roumieh, la plus grande du Liban, accueillait 900 détenus, dont près de 300 islamistes. Mais les autorités ne pouvaient ni y entrer, ni savoir ce qui s'y passait. Elles ne contrôlaient que l'extérieur du bâtiment.

A l'intérieur, les islamistes faisaient la loi : ils disposaient de téléphones portables, d'un accès à Internet, et de tout le matériel nécessaire pour communiquer avec les groupes jihadistes retranchés dans les montagnes entre le Liban et la Syrie.

Après des années de laisser-aller, les autorités ont réagi lundi 12 janvier. D'importantes forces de police ont procédé à de vastes perquisitions dans les cellules des détenus, sous la supervision directe du ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk. Le matériel interdit a été saisi et une partie des islamistes a été transférée dans un autre bâtiment.

La décision d'agir a été prise après la découverte de liens entre le double attentat-suicide contre un restaurant de Tripoli, au Liban-Nord, dimanche, et des détenus de Roumieh.

En réaction à l'opération de police, le Front al-Nosra a menacé d'exécuter des militaires libanais qu'il détient depuis aout 2014. Un compte Twitter de la branche syrienne d'al-Qaïda a publié une photo où l'on voit cinq hommes armés et cagoulés tenir en joue une douzaine d'otages allongés sur la neige.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail