Accéder au contenu principal
Dubaï

Incendie du gratte-ciel The Torch à Dubaï: la folie des grandeurs

Des travailleurs municipaux balayent les débris devant le gratte-ciel The Torch, après l'incendie. Dubaï, le 21 février 2015.
Des travailleurs municipaux balayent les débris devant le gratte-ciel The Torch, après l'incendie. Dubaï, le 21 février 2015. AFP PHOTO / KARIM SAHIB
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Un incendie a ravagé samedi la partie supérieure d'un des plus hauts gratte-ciel de Dubaï, The Torch, la torche, un immeuble résidentiel. Des centaines d'habitants ont dû être évacués de leur appartement. Il n'y a pas de victimes, mais cet accident pose tout de même la question de cette compétition des tours de plus en plus hautes. A quoi rime cette folie des grandeurs ?

Publicité

828 mètres pour la tour Burj Khalifa, également à Dubaï, 632 mètres pour la Shanghai Tower, en cours de construction, et encore 601 mètres pour la Makkah Clock Royal Tower à La Mecque, la course verse la hauteur est acharnée. Le gratte-ciel The Torch mesure, lui, quelque 336 mètres.

Pour l'urbaniste Julian Rincon, il s'agit là, d'une guerre de l'image et du prestige que se livrent certains pays : « Aujourd’hui, notamment dans les pays de développement pétrolier, il y a une vraie concurrence, parce que ces tours représentent le pouvoir économique, par leur esthétique et leur coût. Je pense à des pays comme les Emirats arabes unis ou la Chine, où il y a une compétition à ce niveau-là. »

Certains mettent tout de même en garde contre la vulnérabilité de ces tours immenses. The Torch compte 79 étages, dont une vingtaine situés en haut de la tour ont été touchés par les flammes. De nombreux habitants ont ainsi été obligés de descendre une cinquantaine d'étages à pied. Mais l'incendie n'est pas le seul risque encouru par ces tours démesurés, elles s'exposent aussi aux tremblements de terre et aux tsunamis.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.